Une nouvelle loi sécuritaire en préparation


La situation de la France en 2015 est celle d’un pays d’Ancien Régime, gouverné par des monarques tout puissants, mais dont les possibilités de contrôle et de répression seraient démultipliés par le progrès technique.


Des précisions sur la dernière batterie de lois sécuritaires du gouvernement par le journal Le Monde :

« Pour les seuls besoins de la prévention du terrorisme, le recueil des informations et documents relatifs à des personnes préalablement identifiées comme présentant une menace, peut-être opéré en temps réel sur les réseaux des opérateurs […] Il est ainsi possible d’espionner les téléphones et les réseaux internet de, par exemple, tous les habitants de Tarnac, de tous les Tchétchènes ou Kurdes de France, voire de tous les Corses ou les Basques : il s’agit bien de légaliser une surveillance de masse de l’internet. »

[…]

Le premier ministre est, comme aujourd’hui, la clé de voûte du système. C’est lui – ou l’une des six personnes qu’il désigne – qui délivre toutes les autorisations […] C’est lui qui nomme par décret cinq des neuf membres de la commission de contrôle dont son président […]C’est encore lui qui peut passer outre, en cas d’urgence, à l’avis de la commission de contrôle.

[…]

Ce n’est pas faire injure aux services secrets que d’imaginer qu’ils puissent à l’occasion organiser eux-mêmes cette « urgence absolue » par nature difficilement vérifiable. »

C’est suffisamment Orwellien pour que ce soit le quotidien Le Monde qui dénonce les délires totalitaires du Parti Socialiste.

Et encore une fois, la gauche – y compris radicale – se tait.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.