Calais : les médias offrent une tribune à l’extrême droite !

Bienvenue dans le monde d’Orwell ou l’on transforme l’agresseur en victime. Samedi, une famille de militants très connus à Calais pour leur implication aux côtés de l’extrême droite la plus radicale insulte la manifestation antiraciste qui passe près de sa maison. Évidemment, le cortège réagit aux provocations, et s’approche de ceux qui les insultent. Des invectives sont échangées. Certains manifestants vont même s’interposer pour protéger les provocateurs, manifestement ivres. Le fils de famille – impliqué dans la mouvance néo-nazie Calaisienne – sort un fusil. La fin de cette scène est filmée par les journalistes indépendants de Taranis News. La vidéo va être reprise par les réseaux d’extrême droite, très actifs sur internet, qui légitiment l’action de cette famille de fachos. Puis par les médias officiels. Tous les témoins s’accordent à dire que c’est bien cette famille qui a lancé les provocations, pourtant, ce ne sera jamais dit dans aucun média.

Devinez ce qu’ont fait les journalistes le lendemain ? Au lieu d’enquêter sur ces militants d’extrême droite connus localement, ou d’interroger des témoins de la scène, certaines chaînes leur ont donné la parole ! Ainsi, le père de famille, présenté comme un «riverain excédé», a pu réclamer l’expulsion des réfugiés dans un français approximatif, au JT de France 2, chaîne de service public.

Le même jour à Quimper, d’autres manifestants d’extrême droite semaient la terreur dans les rues sans être inquiétés. Le journal Le Télégramme mentionne «un groupe d’une trentaine de personnes violentes qui cherchaient des “antifas” en scandant des propos d’extrême droite. Vers 18h, trois ados ont été coursés de la place de la Mairie aux cris de “La France aux Français”», «une trentaine de personnes ont mis leur cagoule devant le bar vers lequel elles ont foncé, les clients ayant le temps de se réfugier à l’intérieur. «Nous avons réussi à bloquer la porte pour les empêcher d’entrer. Les agresseurs se sont saisis des tables qui ont été cassées, de même que des vitres des vitrines», témoigne la jeune femme».

Source : http://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/bar-attaque-jeunes-courses-une-bande-agressive-sevit-en-soiree-dans-les-rues-de-quimper-24-01-2016-10931644.php

Personne n’en parlera au JT.


Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.