Le ministre de l’Intérieur pousse la jeunesse à commettre des dingueries


“Article 433-10 du Code Pénal : La provocation directe à la rébellion, manifestée soit par des cris ou des discours publics, soit par des écrits affichés ou distribués, soit par tout autre moyen de transmission de l’écrit, de la parole ou de l’image, est punie de deux mois d’emprisonnement et de 7 500 euros d’amende.”


Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.