Nord : meurtres, trafic d’armes et réseaux néo-nazis sous protection policière


Avez vous entendu parler de cette histoire incroyable ? Probablement pas. Pourtant, il s’agit bien d’une affaire d’une gravité extrême. Il est question de meurtres et de trafic d’armes impliquant des réseaux néo-nazis et des policiers dans le Nord de la France.


En 2011, un militant antifasciste et musicien est retrouvé noyé dans une rivière de Lille. 4 autres personnes meurent dans les mêmes circonstances dans les semaines qui entourent ce drame. A l’époque, la police et la justice enterrent l’affaire et parlent d’accidents.

On apprend aujourd’hui que trois membres d’un réseau de militants néo-nazis ultra-violents, impliqués dans de nombreuses agressions sont emprisonnés, soupçonnés entre autres, de ces meurtres. Ces militants sont proches des JNR, responsables de la mort de Clément Méric en 2013.

Ce même groupe néo-nazi est lié à un réseau de trafic d’armes ayant notamment servi à Daesh pour les attentats janvier 2015. Mais l’incroyable affaire ne s’arrête pas là. Un des chefs de l’extrême droite du Nord de la France n’est autre qu’un indicateur de police, protégé pendant des années par la gendarmerie ! Le comble : l’extrême droite lilloise dispose aujourd’hui d’un local ayant pignon sur rue.

Pendant que les médias criminalisent continuellement les luttes sociales, un groupe d’extrême droite assassine un antifasciste et arme les djihadistes avec l’assentiment de forces de l’ordre. Un véritable scénario de roman noir. C’est pourtant la France de 2017.


Le dossier complet, sourcé et exhaustif des camarades de Lille à lire et diffuser ici : https://luttennord.wordpress.com/…/urgent-assassinat…/

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.