Le fascisme ne se discute pas : il se détruit


Le 12 août 2017, à Charlottesville, aux États-Unis, un militant néo-nazi fonce en voiture dans une foule rassemblée contre le racisme. Heather Heyer, militante de 32 ans, trouve la mort. Des dizaines d’autres manifestants sont gravement blessés.


Cet attentat d’extrême droite n’est que le dernier d’une longue série. Dans le monde entier, sur fond d’exacerbation des tensions nationalistes et de montée de l’autoritarisme et du racisme, le fascisme tue. Quelques exemples ces dernières années.

  • 13 novembre 2005. À Saint-Péterbourg, des néo-nazis attaquent un groupe de militants de gauche. Timour, 20 ans, est poignardé et battu à mort.
  • 22 juillet 2011. Un militant d’extrême droite, Anders Behring Breivik commet un double attentat en Norvège. Une bombe placée devant des bâtiments publics tue 8 personnes à Oslo. Quelques heures plus tard, le tueur massacre 69 jeunes adhérents du Parti travailliste sur l’ile d’Utoya. C’est l’attentat terroriste d’extrême droite le plus meurtrier de ces dernières décennies.
  • Entre octobre 2010 et novembre, 5 corps sans vie sont repêchés dans une rivière, à Lille. Plusieurs années plus tard, un militant néo-nazi reconnaît son implication dans ces meurtres.
  • 5 août 2012. Un suprématiste blanc, Wade Michael Page, exécute 7 personnes et en blesse 3 autres dans une attaque contre un temple sikh à Oak Creek, aux Etats-Unis.
  • 29 avril 2013. Pavlo Lapshyn, un ukrainien d’extrême droite, fait exploser 3 bombes prés de 3 mosquées de Birmingham, en Angleterre. Il poignarde à mort un fidèle musulman de 82 ans.
  • 5 juin 2013. À Paris, des néo-nazis frappent à mort un jeune militant antifasciste, Clément Méric.
  • 18 septembre 2013. Dans la banlieue d’Athènes, un musicien et militant antifasciste est poignardé à mort par un membre du parti néo-nazi Aube Dorée.
  • 13 avril 2014. Un ancien responsable du Ku Klux Klan, Frazier Glenn Cross, attaque un centre communautaire juif et abat 3 personnes dont un adolescent à Kansas City. Il revendiquera avoir voulu «tuer du juif».
  • 30 novembre 2014. A Madrid, des supporters d’extrême droite tendent un guet-apens à un groupe antifasciste. Francisco Javier Romero Taboada est tabassé et jeté dans une rivière. Il trouve la mort.
  • 17 juin 2015. Un jeune militant raciste, Dylann Roof attaque une église de la communauté noire à Charleston, aux Etats-Unis. Il déclare vouloir déclencher une “guerre raciale”. Bilan : 9 vies volées.
  • 27 novembre 2015. Robert Lewis Dear, militant anti IVG, attaque à l’arme à feu un planning familial à Colorado Springs. 3 morts et 9 blessés.
  • 22 juillet 2016. À Munich, David Ali Sonboly, inspiré par Anders Breivik et mu par une haine des “turcs et des arabes”, abat 9 personnes et en blesse 27 autres dans un centre commercial.
  • 29 janvier 2017, Canada : Alexandre Bissonnette, militant d’extrême droite et sympathisant de Marine Le Pen, commet un attentat à la kalachnikov dans une mosquée à Québec. 6 morts.

Le fascisme ne se discute pas. Il se détruit.


Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.