#MeToo : À Nantes aussi, les femmes brisent le silence

Ces derniers jours, l’omerta qui entoure le harcèlement sexuel et le machisme systémique a été brisé sur les réseaux sociaux. Le 26 octobre, à Nantes, une manifestation était organisée pour passer du virtuel au réel, et libérer la parole dans la rue. Le rassemblement commençait à 18H par des prises de paroles ponctuées de témoignages. Le cortège, fort de plusieurs centaines de participant-e-s, a pris la rue de Strasbourg sans incident jusqu’au passage devant l’établissement Bagelstein – un fast food qui a axé sa communication sur des publicités ouvertement sexistes banalisant la culture du viol. Une personne au mégaphone a expliqué pourquoi l’enseigne était visée, à différents endroits du cortège, pour que tout le monde entende. Alors que la terrasse était chahutée, deux hommes sous pression et surexcités sont sortis de Bagelstein et ont essayé d’attraper les personnes et au visage masqués. Des manifestant-e-s ont reçu des coups. Après un temps d’arrêt, direction Place du Cirque et rue Crébillon ou quelques tags sont apparus, avant une arrivée collective Place Graslin. La manifestation a pu défiler et se faire entendre dans les rues qui sont généralement confisquées par la police.

Parmi les slogans entendus : « les femmes c’est comme les pavés à force de marcher dessus on les prend dans la gueule », « on pendra les sexistes au tripes des capitalistes », “les féministes détestent la police” ou encore : « Nantes debout soulève-toi contre le sexisme et le patriarcat ».

À suivre !

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don