Mort d’Aboubakar : les fake news du syndicat policier Alliance

Le très médiatique syndicat Alliance Police Nationale qui représente la police (donc la loi), publiait il y a deux jours un communiqué hallucinant à propos de la situation à Nantes.

On pouvait y lire notamment qu’un CRS avait protégé “deux enfants menacés”, qu’un policier avait été “blessé” et que la colère dans les quartiers était due “à la voyoucratie locale” prônant “l’insurrection”. Une véritable insulte à la mémoire du défunt.

Alliance, par ces mensonges, cherchait à “apporter son total soutien aux policiers intervenants” et saluait même le “courage” du CRS responsable de la mort d’Aboubakar.

Aujourd’hui, comme chacun sait, tous ces faits étaient inventés de toutes pièces, des mensonges éhontés destinés à se couvrir après avoir tué un jeune de 22 ans. De faux témoignages concertés, de la part d’agents assermentés.

Ce syndicat policier a donc menti et diffusé des mensonges pour couvrir le tireur. En vertu de la loi du gouvernement contre les “fake news” le syndicat Alliance doit être sanctionné, et si possible empêché de passer quotidiennement à l’antenne et dans la presse pour répandre des mensonges, comme c’est le cas depuis trop longtemps.


Selon les dernières informations, le CRS déclare avoir tiré au moment où il avait l’avant du corps dans l’habitacle du véhicule, et son arme à la main. Le coup serait parti “involontairement” en plein dans le cou du défunt. On a donc, selon la version officielle, un CRS qui dégaine une arme à feu, braque son arme vers un homme désarmé dans sa voiture, enlève le cran de sécurité, entre dans l’habitacle et tire. Mais c’est un accident…

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don