Coupe du Monde : la France championne du monde du désordre ?

On peut considérer les compétitions sportives avec passion et intérêt ou au contraire comme des liesses consuméristes et cocardières. Mais on ne peut nier que la coupe du monde reste un événement populaire incontournable, comme l’ont montré les dizaines de milliers de personnes dans les rues mardi soir, après la victoire de la France en demie finale. Un peu partout, la performance de l’équipe et surtout les rassemblements festifs improvisés dans les rues ont provoqué de nombreux débordements.

C’est à Paris que les affrontements ont été les plus sérieux, avec une foule massive sur les Champs Élysée. Des fumigènes, et des feux d’artifice ont été tirés, avant de donner lieu à des affrontements avec les CRS qui bloquaient le passage. Dans cette artère emblématique, des boutiques de luxe ont été défoncées à coups de pavés. De nombreuses grenades ont été tirées, et des personnes arrêtées « Les commerçants s’inquiètent pour dimanche » écrit le Figaro.
A Rouen, la presse parle « d’une centaine de personnes qui ont envoyé des bouteilles en verre et autres projectiles vers les policiers qui ont répliqué avec des grenades lacrymogènes », puis de « feux de poubelles et des courses-poursuites à travers les ruelles ». A Grenoble, même scénario, avec des projectiles contre des lacrymogènes. La banlieue parisienne n’a pas été en reste, avec de nombreux affrontements dans plusieurs villes d’île de France.
A Vannes, la nuit a également été chaude, avec des jets de projectile sur la police et des interpellations sur le port, alors qu’à Nantes, des fans escaladaient des bus en plein centre-ville.

Plus étonnant, dans la très calme ville de Chartres, 200 personnes ont affronté la police, et des véhicules des forces de l’ordre ont été « endommagés » selon la presse.
Bizarrement, ces agitations ont été beaucoup moins médiatisées et commentées par les politiciens que les débordements, beaucoup moins nombreux, qui ont parfois lieu dans certaines villes lors de la victoire d’équipes étrangères.

Ces désordres prouvent surtout que toute fête dans la rue, toute occupation incontrôlée de l’espace public, toute joie populaire se heurte immanquablement à ceux qui veulent maintenir l’ordre. Et donc gâcher la fête. Une question reste en suspens avant dimanche, la France sera-t-elle championne du monde du zbeul ?


Source :

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.