Expulsion du Square Daviais : et après ?

La justice et l’État ont été d’une extrême rapidité. Hier, la mairie socialiste demandait l’expulsion du square Daviais, occupé depuis plusieurs mois par des centaines d’exilés sans solution. Le soir même, la justice autorisait cette expulsion. Ce matin à l’aube, plus de 200 forces de l’ordre – une compagnie de CRS et une compagnie de gendarmes – étaient déployés dans le centre ville. Un périmètre étanche était installé autour du square : aucune entrée ni sortie autorisée. C’est la cinquième expulsion de grande ampleur à Nantes en moins d’un an.

Les centaines d’exilés, encerclés par la police, ont du remplir leurs sacs à la hâte, et monter sans tarder dans des bus réquisitionnés pour l’occasion. Vers où ? Des gymnases de Nantes, réquisitionnés eux aussi, qui doivent servir d’accueil « temporaire ». Et après ? L’État va probablement « trier » les exilés, les disperser dans l’espace, en remettre une grande partie à la rue, voire les expulser du territoire selon leur situation.

Affaire à suivre.


Pour plus d’infos, suivez la page du collectif Le CRAN – Comité de Réquisition et d’Action Nantais et de L’Autre Cantine Nantes qui organisent la solidarité depuis des mois.

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don