À Nantes comme ailleurs : lycées en lutte contre Macron et son monde


Pour la deuxième journée consécutive, plusieurs lycées de Nantes et de ses environs étaient mobilisés contre la sélection à l’université et en soutien aux « gilets jaunes ». Et plus globalement pour manifester un raz-le-bol général contre le gouvernement en place, alors qu’une vague de contestation inédite secoue le pays.


Hier, le lycée Jules Vernes était bloqué alors que devant le lycée Camus à Bellevue, 200 lycéens étaient gazés dès le début de la matinée. La police chargeait, matraquait, et faisait plusieurs interpellations sauvages et gratuites. « On a pu voir une petite barricade en barrières de chantier sur la voie de tram et un peu de dépavage » racontait un témoin. 4 mineurs étaient placés en garde à vue.

Ce mardi matin, rebelote avec le lycée Guist’hau bloqué dans le centre-ville, ainsi que l’établissement de la Herdrie à Basse-Goulaine. C’est devant le lycée professionnel Michelet que l’ambiance a été la plus chaude, avec des feux, une voiture retournée et des affrontements avec la police le long du tram. Les forces de l’ordre ont tiré des grenades et des balles en caoutchouc contre la jeunesse en mouvement.

Dans le reste de la France, l’agitation gagne la jeunesse, avec des dizaines de bahuts bloqués et des manifestations offensives à Orléans, Lyon, Lille, Marseille ou Paris.

Le souffle apporté par les lycéens et lycéens ajoute une force supplémentaire au mouvement de révolte en cours. A suivre !

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.