“Jet d’acide” : une fake news à la mode depuis des années


Pour justifier les centaines de mutilations de manifestants par les armes des forces de l’ordre, on a beaucoup entendu ces derniers temps un argument imparable : les manifestants, assoiffés de sang, enverraient des “bouteilles d’acide” sur la police. Une information terrible.


Cet argument n’est pas nouveau, c’est un joker médiatique depuis plus de 5 ans. En 2014 déjà à Nantes, après la mort de Rémi Fraisse, tué par la grenade d’un gendarme, les médias parlaient déjà de “jet d’acide”… Avant de se rétracter.

En 2017, peu avant l’expulsion de la ZAD, le Journal du Dimanche annonçait avant même l’opération de futurs “jets d’acide”, et même la confection de “boules de pétanques hérissées de lames de rasoir” (ne riez pas).

En décembre 2018, un député En Marche ose même, à la télévision, parler de policiers “défigurés par des jets d’acide”.

Problème : tout est faux. La presse nantaise n’a jamais pu apporter la moindre bribe de début de preuve en 2014. En 2017, le JDD a du reculer face à des mensonges aussi évidents que grossiers, d’ailleurs jamais vérifiés pendant l’expulsion menée sur zone. Et ces dernières semaines, même le député En Marche à l’origine de cette fake news a du reconnaître qu’il avait menti…

Bref, à chaque fois que l’État exerce une violence particulièrement scandaleuse, il ressort le même argument préparé à l’avance : l’acide.

Puisque les grands médias sont devenus adeptes du “fact cheking” et cherchent en permanence à remettre en cause les blessures côté manifestants, nous les invitons à vérifier leurs informations concernant ces fameux “jets d’acide”.

Combien de policiers ont été touchés ? Quelles sont les preuves ? Quel est le nombre réel de policiers blessés (certificats médicaux à l’appui) ? Au travail !


Dans le genre mytho de compétition, le chef de la police nantaise montre des bouteilles en plastique remplies de “maalox” (produit doux pour calmer l’effet du gaz) en disant qu’il s’agit de projectiles “corrosifs” !

Chers médias, comment pouvez vous diffuser un mensonge pareil ?

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.