«Génération hate» : le vrai visage de l’extrême droite


Un reportage à voir et faire voir en période de crise sociale et politique


Alors que différents groupuscules racistes et fascistes tentent d’infiltrer les luttes sociales, et en particulier les manifestations des Gilets Jaunes, il est plus important que jamais de s’informer sur l’extrême droite. Du point de vue historique, cette tendance politique a toujours été du côté de l’ordre policier, des grands patrons et des pouvoirs autoritaires. Tout l’inverse des valeurs portées par les révoltes en cours. Mais au delà de la théorie, un reportage donne un aperçu concret, réel, des agissements de l’extrême droite française actuelle. Il faut voir, revoir et partager cette longue enquête intitulée «Génération Hate», sur le groupe Génération Identitaire.

Ce reportage en deux parties livre des images brutes, captées dans le local du groupe à Lille. Il n’y a pas de tromperie, pas d’exagération : ce sont les agissements et les paroles de ces militants d’extrême droite qui sont filmés en caméra cachée par un journaliste infiltré. Le film met en lumière les propos racistes, la violence et les menaces d’attentats dont sont responsables des membres du groupuscule identitaire et de leur bar : La Citadelle.

On y voit notamment ces militants tabasser une passante maghrébine dans la rue : «Meuf ou pas meuf, c’est des rebeus ! Elle a dû bien la sentir parce que moi j’ai pas mal !»

L’auteur des coups déclare plus tard qu’il veut faire «un carnage» contre «une mosquée, n’importe quoi. Même en voiture bélier, je prends ma voiture, baaaaam !». Les mêmes militants crient dans les rues «sales bougnoules» ou «sieg heil».

Cette enquête met aussi en lumière les liens étroits entre Marine Le Pen et ce groupuscule néo-nazi, révélant ainsi de façon indiscutable que derrière la façade respectable donnée par le Rassemblement National se trouvent des groupes haineux, violents, et dangereux. On voit notamment des responsables du RN venir dans le bar identitaire.

Ce reportage a été tourné à Lille, dans une ville habituée à la violence des groupes d’extrême droite. En effet, plusieurs personnes sont mortes noyées dans une rivière lilloise après avoir été frappées par des skinheads néo-nazis. Une friterie tenue par un autre chef identitaire a été pendant des années le lieu de rencontre et d’actions violentes pour l’extrême droite lilloise. Ce même chef identitaire est aujourd’hui emprisonné pour avoir trafiqué des armes avec des réseaux djihadistes, avec la complicité d’un gendarme. Une histoire incroyable mais vraie. Bref, le contexte local du nord de la France est particulièrement inquiétant.

Aujourd’hui, les identitaires organisent justement ce week-end dans leur local une «soirée djellaba» pour se moquer du reportage. En toute impunité.

C’est cette même extrême droite qui tente d’infiltrer les Gilets Jaunes, alors qu’elle a toujours été l’ennemie des luttes sociales et des révoltes. Elle a toujours été du côté de la police. Elle a toujours tenté de détourner les colères sociales légitimes vers d’autres personnes plus démunies, en particulier les immigrés, au lieu de s’en prendre aux puissants.

Voici les deux épisodes à voir (on prévient, ça fait parfois bizarre pour les francophones, car ce sont des reportage en anglais sous-titrés en français) :

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.