12 NOVEMBRE : UNE JOURNÉE DE LUTTE A NANTES

Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image

Agitation lycéenne, rassemblement étudiant, initiative Gilet Jaune

7H30

Des dizaines de policiers patrouillent aux abords des lycées nantais. Jeudi et vendredi dernier, un gros coup de chaud a eu lieu devant plusieurs établissements : blocages, feux, barricades et voitures brulées. La préfecture a mis les moyens. Malgré tout, devant le lycée Livet, plusieurs jeunes tentent de bloquer l’entrée. Alors que les bloqueurs et l’administration sont se font face, la police débarque en trombe. Le blocage est remis à plus tard.

12H

Un rassemblement s’organise, suite à l’immolation d’un jeune étudiant de 22 ans à Lyon, en grande détresse sociale, désespéré par la précarité. Des initiatives ont lieu dans toute la France en solidarité. Devant le Pôle Étudiant, sur le campus nantais, 150 personnes se rassemblent autour d’une banderole : « c’est les CROUS qui devraient cramer » et « Nantes – Lyon, solidarité ». Un petit cortège s’élance jusqu’au CROUS. L’idée d’un repas gratuit au RU surgit, sans être reprise. Devant le rectorat, de nombreux fourgons de police attendent. Cette mobilisation nantaise, dans une fac de pourtant réputée pour la puissance de ses mouvements étudiants de 1968 à la Loi Travail de 2016, ne parait pas (encore ?) à la hauteur de la situation.

18H

Les Gilets Jaunes de Loire-Atlantique lancent chaque soir des actions jusqu’à la manifestation du samedi 16 novembre, pour l’anniversaire du mouvement. Ce mardi soir, ils protestent contre les violence policières. Ils se rendent donc devant le commissariat central de Nantes, Waldeck Rousseau, avec les photos de blessés par la police, et distribuent des tracts contre la brutalité d’Etat.

Ailleurs en France – une conférence de François Hollande a été annulée à l’université de Lille par des centaines d’étudiants et étudiantes en colère. Des milliers de manifestants ont défilé à Paris, jusqu’au ministère de l’enseignement supérieur, dont les grilles ont été mises à terre. A Lyon, des milliers de manifestants et une université bloquée. A Rennes, manifestation nocturne de centaines de personnes. Partout, la colère gronde.

A suivre !