«Guerre», confinement, soutien aux entreprises : les nouvelles mesures

1 – Un «confinement» qui ne dit pas son nom

Macron refuse de prononcer ce mot, tout en annonçant que «dès demain midi et pour 15 jours au moins nos déplacements seront fortement réduits». Les forces de l’ordre et l’armée seront déployés pour empêcher les déplacements inutiles, et pourront mettre des sanctions, qui n’ont pas été précisées. En revanche les travailleurs les plus précaires, les livreurs, les ouvriers, doivent continuer à aller trimer. Notons l’autorisation de sortir de chez soi pour l’exercice physique. Quelles seront les modalités pour faire respecter cette mesure ? Mystère.

2 – «Nous sommes en guerre»

C’est que ce Macron a répété à de multiples reprises, en appelant à «l’union nationale». C’est connu, une «guerre» est toujours l’occasion de faire taire les oppositions. L’armée est donc mobilisée, les libertés individuelles suspendues, les frontières fermées et le gouvernement va légiférer par décrets. La gouvernance de crise et l’État d’exception pour «le bien de tous». Cela risque de laisser des traces.

3 – Le second tour des municipales est reporté

Les réformes sont «suspendues», notamment la réforme des retraites que le gouvernement a pourtant fait passer en force par 49-3 juste avant le début de la pandémie.

4 – L’hypocrisie envers les soignants

Le personnel soignant, les enseignants et autres travailleurs et travailleuses du service public ont été longuement encensés. Un hommage touchant, quand on se rappelle que ce sont précisément ces professions qui manifestent depuis des mois pour réclamer des conditions décentes, et qui se font tabasser et gazer par la police.

5 – 300 milliards pour soutenir les entreprises

Macron s’est longuement attardé sur l’économie, son domaine de prédilection. Une somme colossale d’argent public pour le secteur privé. Macron aurait pu annoncer le déblocage d’une telle somme pour les hôpitaux publics, exsangues, ou pour des mesures sociales d’urgence dirigées vers les plus précaires mais non. L’économie prime, il s’agit de protéger les entrepreneurs d’abord. Aussi, les loyers, impôts et factures sont suspendus… mais seulement pour les entreprises. Pas pour les gens !

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.