đŸ’„EXPLOSION SOCIALE AU LIBAN

Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image
Slider image

Les banques prises pour cible sur fond de déconfinement

Au Liban, le COVID 19 et la crise Ă©conomique qu’il a engendrĂ© provoquent une augmentation rapide de la pauvretĂ©, dans un pays socialement dĂ©jĂ  trĂšs inĂ©galitaire.

La valeur de la Livre libanaise a dégringolé de 20% et les prix des denrées ont augmenté de 55% en moyenne. Ce sont donc les plus pauvres qui payent le prix de la « crise », alors que les plus riches prospÚrent.

Le chĂŽmage de masse qui explose avec le confinement et la dĂ©gradation des conditions de vie des plus prĂ©caires soufflent sur les braises de la contestation sociale qui avait dĂ©butĂ© Ă  l’automne dernier par une mobilisation populaire majeure, rĂ©clamant justice sociale et destitution du pouvoir en place corrompu. Des centaines de personnes avaient alors dĂ©jĂ  Ă©tĂ© blessĂ©es par l’armĂ©e, et le premier ministre avait Ă©tĂ© poussĂ© Ă  la dĂ©mission.

DĂ©but mars, alors que la crise sanitaire s’intensifiait, les banques avaient dĂ©cidĂ© de limiter voir interdire l’accĂšs des libanais Ă  leurs maigres Ă©pargnes, alors que 50% de la population est sous le seuil de pauvretĂ©. Rappelons que le Liban compte 30 % de rĂ©fugiĂ©s dans sa population – Palestiniens et Syriens pour la plupart –, soit la plus forte concentration de rĂ©fugiĂ©s par habitant au monde. La situation humanitaire est dramatique, alors que parallĂšlement, le pays compte de nombreux millionnaires dont plusieurs membres du gouvernement.

La nouvelle vague de manifestations qui a dĂ©butĂ© il y a quelques jours s’est ainsi Ă©tendue dans tout le pays Ă  la faveur du dĂ©confinement dĂ©cidĂ© lundi, aprĂšs des semaines de couvre feu strict. Les manifestants sont violemment rĂ©primĂ©s par la police et l’armĂ©e, grĂące notamment Ă  l’arsenal rĂ©pressif vendu par la France. Fawaz Fouad Samman, un jeune manifestant de 26 ans, a Ă©tĂ© tuĂ© par balles le 27 avril Ă  Tripoli faisant flamber davantage la colĂšre.

Les banques, qui rĂ©clament des milliards de livres libanaises Ă  l’Etat et empĂȘchent la population de rĂ©cupĂ©rer de quoi subsister sont les principales cibles de cette colĂšre. Plusieurs d’entre elles ont Ă©tĂ© incendiĂ©es, dans les villes de Tripoli au Nord et SaĂŻda et au Sud. De nombreux affrontements ont eu lieu : cocktails molotov et barricades contre grenades et tirs Ă  balles rĂ©elles.

Le gouvernement doit dĂ©cider ce jour d’un « plan de sauvetage ». Consistera-il Ă  redonner le pouvoir au peuple et Ă  rĂ©partir les richesses ?