🏴 LES ORIGINES RÉVOLUTIONNAIRES DU PREMIER MAI

L’image contient peut-être : plein air

– Le Premier Mai n’est pas la « fĂŞte du travail »
Grève, anticapitalisme et répression


D’oĂą vient le 1er mai ? Ce n’est pas la « fĂŞte du travail », mais la fĂŞte des travailleurs et des travailleuses. La nuance est importante. Avant d’ĂŞtre un jour fĂ©riĂ©, c’est une journĂ©e rĂ©volutionnaire, un jour de solidaritĂ© internationale contre la rĂ©pression.

Le 1er mai 1886, 400 000 ouvriers font grève, et manifestent aux USA pour la rĂ©duction de leur temps de travail. Le 4 mai Ă  Chicago, des affrontements ont lieu, le cortège est durement rĂ©primĂ©, il y a plusieurs morts. 8 manifestants anarchistes sont arrĂŞtĂ©s. Lors du procès, le procureur dĂ©clare : « il ont Ă©tĂ© choisis parce qu’ils sont des meneurs. Ils ne sont pas plus coupables que les milliers de personnes qui les suivent. Condamnez ces hommes, faites d’eux un exemple, faites-les pendre ». 7 inculpĂ©s sont assassinĂ©s, pendus pour l’exemple. L’un des condamnĂ©s, August Spies, prononce cette phrase restĂ©e cĂ©lèbre : « Le temps viendra oĂą notre silence sera plus puissant que les voix que vous Ă©tranglez aujourd’hui ! »

C’est de cette injustice extrĂŞme que naĂ®t le jour international de grève et de manifestations. En 1889, le 1er mai devient une date mondiale de lutte, en solidaritĂ© avec les « martyrs de Chicago », et pour rĂ©duire le nombre d’heures de travail.

Les syndicats de l’Ă©poque veulent faire la rĂ©volution : ils visent l’abolition du capitalisme, et veulent organiser une grève gĂ©nĂ©rale de tous les travailleurs. A partir de cette date, chaque 1er mai sera un jour de manifestation dans tous les pays du monde. Un jour souvent rĂ©primĂ©. Le 1er mai 1891, dans une petite ville ouvrière du nord de la France, Fourmies, l’armĂ©e tire sur le cortège, tuant 10 personnes dont deux enfants. Plusieurs manifestants sont envoyĂ©s en prison. Cette rĂ©pression fait scandale, et renforce encore d’avantage la dĂ©termination du mouvement social mondial.

En 1941 MarĂ©chal PĂ©tain va transformer cette « fĂŞte internationale des travailleurs », un jour de grève, en « fĂŞte du travail », un jour fĂ©riĂ©. Le sens de cette journĂ©e est totalement inversĂ© : l’extrĂŞme droite rĂ©cupère un symbole social pour en faire une journĂ©e patronale cĂ©lĂ©brant l’exploitation. A la LibĂ©ration, cette date reste fĂ©riĂ©e, mais redevient un jour de manifestation.

Même si les origines révolutionnaires de cette journée sont souvent oubliées, depuis plus de 100 ans, des manifestations, des actions, des réunions ont lieu chaque Premier Mai partout dans le monde.

Cette annĂ©e, en 2020, c’est la première fois depuis la seconde guerre mondiale qu’un Premier Mai est interdit par les autoritĂ©s. Alors faisons vivre cette histoire : un hommage aux gĂ©nĂ©rations passĂ©es qui ont luttĂ© pour arracher les droits qui bĂ©nĂ©ficient Ă  tous, et un combat pour les gĂ©nĂ©rations Ă  venir.