MÉDIAS ET PEINE DE MORT : ENCORE UNE OPÉRATION D’INTOX


Les médias occultent délibérément les aspirations sociales d’un sondage et ne gardent que les réponses sécuritaires


Qui peut encore nier que les grands médias français roulent pour l’extrême droite ? L’institut de sondages IPSOS a réalisé une batterie de sondages comme à chaque rentrée. Parmi les très nombreuses questions, l’une d’elle est relative à la peine de mort : dans une ambiance de matraquage anxiogène, une courte majorité des français seraient « favorable à son rétablissement ». Poser une telle question concernant une abrogation remontant aux années 1980 est déjà douteux et orienté, mais passons. Ce qui est important, c’est que les grands médias choisissent de tourner en boucle pendant des jours sur ce résultat précis, avec des reportages, des articles, des « intervenants » d’extrême droite et des propos outranciers. Mais que dit réellement ce sondage ? Voici une série de résultats recueillis :

➡️60% des sondés sont favorables à l’idée d’établir la justice sociale en prenant aux riches pour donner aux pauvres

➡️ 69% des sondés pensent que nous vivons dans une société patriarcale

➡️ 82% pensent que la société française est raciste et 57% que le racisme augmente

➡️ Plus de la moitié des Français (soit 55%) « estiment que les policiers font un usage excessif de la violence »

➡️ 60 % considèrent la mondialisation comme une menace

➡️ 11% seulement font confiance aux partis politiques

➡️ 24% seulement ont encore confiance dans les médias, et 45% en la justice

➡️ 57% des interrogés pensent « qu’il faut généraliser la démocratie participative « et ne pas laisser seulement les représentants politiques décider »

Tiens tiens … Mais alors, pourquoi la seule chose retenue dans les grands médias concerne la peine de mort ? Pourquoi les préoccupations sociales, clairement exprimées, ne font pas les gros titres ? Pourquoi n’y a-t-il pas de reportages et de débats sur le partage des richesses, les violences sexistes et racistes, les violences policières, le discrédit de la classe politique ? Pourquoi, alors que ces sujets sont largement DEVANT la question de la peine de mort dans l’ordre des préoccupations ? Les médias font-ils le choix délibéré et malhonnête de ne mettre en avant que les problématiques répressives et autoritaires ? Sans aucun doute.

Attention, cela ne veut pas dire qu’il faut faire confiance aux sondages, souvent orientés et peu fiables. Mais il est très clair que ce sondage couvrant un large éventail de sujets très divers, qui pourraient ouvrir un tas de débats, n’est utilisé que pour alimenter les thématiques de l’extrême droite.

Encore une fois, les médias semblent organiser l’arrivée du fascisme : ils préparent les esprits.