Manifestation identitaire autorisée, manifestations sociales réprimées

Le Préfet Lallement autorise donc la manifestation du groupuscule d’extrême-droite Génération Identitaire ce samedi 20 février à Paris malgré l’annonce médiatique de sa «dissolution» par le Ministère de l’Intérieur. Pour rappel, «Génération Identitaire» est issu du groupe néo-nazi armé Unité Radicale qui avait organisé des attentats avant d’être dissout. On trouve dans les réseaux identitaires internationaux de nombreux fascistes et racistes violents.

Dans le même temps, les autorités interdisent par la force des manifestations sociales, des cortèges de Gilets Jaunes ou de simples fêtes. Des moyens colossaux sont même mis pour enquêter sur des organisateurs de «free party» ou pour expulser des familles sans abris en plein hiver. Nous ne sommes pas dans le même camp.

Cet événement s’inscrit dans un contexte général : le gouvernement reprend mot pour mot les slogans de l’extrême droite identitaire depuis des mois, des lois racistes et liberticides dont Le Pen n’aurait pas osé rêver sont imposées au Parlement, les identitaires et leurs alliés colonisent tous les plateaux télé, et l’extrême droite violente bénéficie d’une impunité quasiment systématique dans les tribunaux. Un climat néo-fasciste s’enracine en France, sans réelles résistances.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.