Fascisation du débat public

Il y a quelques années, un maire d’extrême droite d’une mairie du Vaucluse décidait de supprimer la nourriture à l’école pour les enfants de familles pauvres. Cette semaine, le maire de Lyon a proposé des repas sans viande dans les écoles. Devinez ce qui a créé une «polémique nationale» ? Oui, en France, affamer des enfants pauvres fait moins de remous que de distribuer des repas végétariens. Pas de réaction dans le premier cas, des hurlements médiatico-politiques pendant des jours dans le second. Plus rien n’a de sens.

Oui, en France en 2021, le débat est saturé par les mots de l’extrême droite : «séparatisme», «islamo-gauchisme», les tentes d’exilé.e.s sont lacérées, les opposant.e.s sont mutilé.e.s.

Cette saturation fascisante du débat public est créée et entretenue par les grands médias et la classe dirigeante qui organise, méthodiquement, l’installation d’un climat néo-fasciste avant les élections présidentielles. Dans cette atmosphère irrespirable, développons les résistances, les contre-pouvoirs, la créativité et la joie.


La mort est de leur côté, la vie du nôtre


Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.