đź’¸ EXTRĂŠME DROITE : VOLEURS MULTI-MILLIONNAIRES

đź’¸#RendsLargent Marine Le Pen au cĹ“ur d’un vaste système de vol d’argent public

Quand on fustige les « chĂ´meurs-fraudeurs » et qu’on rĂ©clame Ă  grands cris de pouvoir surveiller Ă©troitement les demandeurs et demandeuses d’emploi ainsi que les bĂ©nĂ©ficiaires du RSA pour vĂ©rifier s’ils ne fraudent pas, on a plutĂ´t intĂ©rĂŞt Ă  ĂŞtre clean soi-mĂŞme. Pas comme Fillon par exemple. Et pas comme Marine Le Pen non plus. Après 5 ans d’enquĂŞte, la police financière a mis en lumière une fraude organisĂ©e du RN, qui a dĂ©tournĂ© des fonds europĂ©ens Ă  son profit. Pour rester dans la plus belle tradition de la fraude des Ă©lu.e.s, le système mis en place repose sur des emplois fictifs de collaborateurs des parlementaires europĂ©ens RN.

Au Parlement europĂ©en, des fonds de l’UE sont allouĂ©s Ă  chaque Ă©lu, et doivent ĂŞtre utilisĂ©s dans un cadre strict, – par exemple, il n’y a pas le droit de s’empiffrer de homard et de champagne avec ces crĂ©dits –, et dans un temps donnĂ©. Des crĂ©dits sont notamment prĂ©vus pour que chaque dĂ©putĂ© recrute des collaborateurs. Au sein du RN, la gestion de cet argent a Ă©tĂ© centralisĂ©e, et Marine Le Pen choisissait personnellement ces collaborateurs utilisĂ©s directement au service du parti. En d’autres termes, les fonds publics de l’Europe dĂ©tournĂ©s au profit du RN. Pour justifier l’utilisation des crĂ©dits, des contrats bidons, parfois de 24h, ont Ă©tĂ© signĂ©s avec des « collaborateurs », qui n’ont jamais exercĂ© ces fonctions.

Ironie de l’affaire : certaines preuves ont Ă©tĂ© trouvĂ©es grâce au bornage tĂ©lĂ©phonique ou aux lecteur de badge au siège du RN. L’extrĂŞme droite qui rĂ©clame en permanence plus de sĂ©curitĂ© et de surveillance piĂ©gĂ©e par ses propres mĂ©thodes. Certains membres du RN ont aussi parlĂ© aux autoritĂ©s, notamment pour confirmer que Marine Le Pen Ă©tait bien au centre de cette affaire, après s’ĂŞtre engueulĂ© avec elle. Le procès promet d’ĂŞtre animĂ©. EspĂ©rons un pugilat.

Jusqu’en 2020, Marine Le Pen touchait 5000€ de salaire de son parti + 5700 de salaire de dĂ©putĂ©e du Pas-de-Calais + 5400 d’indemnitĂ© reprĂ©sentative de frais de mandat + 2300 de conseillère rĂ©gionale des Hauts-de-France. La haine, ça rapporte. Mais ça devient compliquĂ© de se prĂ©tendre proche du peuple quand on gagne 18 400€ par mois en tant que professionnelle de la politique.

La fortune du clan Le Pen est d’ailleurs considĂ©rable. En 1976, Jean-Marie Le Pen hĂ©rite d’une fortune de plus de 30 millions de francs, d’un homme qu’il a rencontrĂ© quelques annĂ©es auparavant. Il rĂ©cupère Ă©galement un immense manoir Ă  Saint Cloud. La maison familiale de la TrinitĂ© en Bretagne, Ă©valuĂ©e Ă  1 million de francs, est aussi entrĂ©e dans le « clan ». Jean-Marie Le Pen dĂ©tiendrait aussi un compte en Suisse, et des lingots d’or ont Ă©tĂ© trouvĂ©s chez lui au cours d’une perquisition. Ce dernier payait Ă©videmment l’ISF. Bref, des gens très proches du peuple et soucieux de leurs prĂ©occupations. Tellement proche du petit peuple que 17 dirigeants du RN pourraient ĂŞtre mis en examen pour dĂ©tournement de fonds publics et/ou recel. Marine Le Pen l’est dĂ©jĂ , elle. Pour dĂ©tournement de 6,8 millions d’euros. 6,8 millions. Ce qu’un.e smicard.e ne peut mĂŞme pas imaginer. L’extrĂŞme droite est l’arme du système, elle monte les pauvres les uns contre les autres au service du patronat et de l’Etat autoritaire.

Rends l’argent, ou on viendra le chercher !