🎩 UNE PATRONNE PLANIFIE L’ASSASSINAT D’UN SYNDICALISTE

– Un pack « élimination » de 80 000€, réglé en quatre factures –

Ce n’est pas un roman noir ni une histoire glauque dans une dicature Ă  l’autre bout du monde. Ça se passe en France en 2021.

Elle est patronne, elle s’appelle Muriel, et elle est Ă  la tĂŞte depuis près de 30 ans d’une entreprise de plasturgie dans l’Ain. Muriel a posĂ© un contrat sur la tĂŞte d’un salariĂ© «gĂŞnant». Lui, c’est Hassan, il est adhĂ©rent Ă  la CGT, et il a manifestĂ© en 2018 aux cĂ´tĂ©s des Gilets Jaunes de sa ville. Hassan a aussi eu l’impolitesse de manifester pour dĂ©fendre les retraites l’annĂ©e suivante. Pour Muriel, dĂ©fendre ses conditions de vie mĂ©rite la peine de mort.

Muriel la patronne vient de reconnaĂ®tre qu’elle avait engagĂ© un tueur Ă  gage pour assassiner le syndicaliste. Elle avait «peur qu’il ne fĂ©dère d’autres salariĂ©s autour de lui et que des syndicats se dĂ©clarent ». Muriel craignait que son entreprise perde « l’esprit familial ». Il fallait donc tuer.

Tout aussi affolant : elle avait approchĂ© une cellule criminelle composĂ©e de francs-maçons, de policiers, d’anciens militaires. La cellule criminelle a Ă©tĂ© dĂ©mantelĂ©e en janvier au sein d’une loge franc-maçonne. Elle avait Ă©changĂ© tranquillement avec le chef du rĂ©seau de criminels « au cours de repas et de week-ends au ski ». Le contrat sur la tĂŞte du syndicaliste faisait partie d’un « pack » formation + audit + Ă©limination. Le tout pour environ 80.000 euros, rĂ©glĂ©s en « quatre factures ». Le bras armĂ©s du groupe criminel avait dĂ©jĂ  espionnĂ© sa « cible », avec des surveillance et des photos du domicile et de la voiture du syndicaliste.

➡️ L’affaire est ahurissante. Elle rĂ©vèle la fĂ©rocitĂ© de la bourgeoisie. Quand les intĂ©rĂŞts d’un patron sont menacĂ©s, il cherche Ă  Ă©liminer ce qui peut faire obstacle Ă  ses profits. Parfois mĂŞme Ă  Ă©liminer physiquement. Ce fait divers s’inscrit dans un contexte plus gĂ©nĂ©ral de criminalisation de tout mouvement social, de diabolisation des ouvriers en lutte, de mĂ©pris du peuple et de destruction des acquis sociaux.

➡️ Cette histoire rejoint celle du fascisme. Historiquement, les fascistes sont des groupes violents recrutés par les patrons italiens, dans les années 1920, pour tabasser les ouvriers et casser violemment les mouvements de grève. Le fascisme est une forme radicalisée du capitalisme patronal. Police, barbouze, entreprise et assassinat commandité : nous y sommes.

➡️ Enfin, rappelons qu’une simple chemise de PDG dĂ©chirĂ©e par des salariĂ©s d’Air France il y a quelques annĂ©es avait suscitĂ© des semaines de cris indignĂ©s. Le moindre mouvement de colère sociale est dĂ©noncĂ© dans les mĂ©dias. Mais ce projet d’assassinat d’un syndicaliste passe dans une indiffĂ©rence glaçante …

Source : https://www.rtl.fr/…/ain-une-cheffe-d-entreprise-avoue…