NANTES : MARÉE HUMAINE SOUS LA PLUIE CONTRE LE PASS SANITAIRE


Récit


224803342_4210263432343131_8050507564703101926_n

224803342_4210263432343131_8050507564703101926_n

225316039_4210264165676391_7988279167463479858_n

225316039_4210264165676391_7988279167463479858_n

224562029_4210263309009810_3847947537511929231_n

224562029_4210263309009810_3847947537511929231_n

225085133_4210263385676469_6314528244811714627_n

225085133_4210263385676469_6314528244811714627_n

224952969_4210263952343079_2183648221641534957_n

224952969_4210263952343079_2183648221641534957_n

225296703_4210264139009727_4906119731199118229_n

225296703_4210264139009727_4906119731199118229_n

224915112_4210263969009744_8049006811830398223_n

224915112_4210263969009744_8049006811830398223_n

224444296_4210264392343035_8716051029636823384_n-1

224444296_4210264392343035_8716051029636823384_n-1

224354737_4210263145676493_2556095215140041642_n

224354737_4210263145676493_2556095215140041642_n

224354685_4210263492343125_2103717106605181514_n

224354685_4210263492343125_2103717106605181514_n

224347973_4210263719009769_89746091546563516_n

224347973_4210263719009769_89746091546563516_n

224347944_4210264339009707_4399885125379158244_n

224347944_4210264339009707_4399885125379158244_n

224347916_4210264215676386_7202916515216853122_n

224347916_4210264215676386_7202916515216853122_n

224337039_4210264255676382_121522064317197197_n

224337039_4210264255676382_121522064317197197_n

224337032_4210263909009750_1284242615222705_n

224337032_4210263909009750_1284242615222705_n

224327542_4210264609009680_2531284291723289560_n

224327542_4210264609009680_2531284291723289560_n

224327529_4210263819009759_1782608078135658439_n

224327529_4210263819009759_1782608078135658439_n

224256781_4210264059009735_5673012836467264159_n

224256781_4210264059009735_5673012836467264159_n

224215154_4210264185676389_44412416588891705_n

224215154_4210264185676389_44412416588891705_n

224181883_4210264602343014_274341484505484467_n

224181883_4210264602343014_274341484505484467_n

224181871_4210263532343121_8964631626200453277_n

224181871_4210263532343121_8964631626200453277_n

224173563_4210263222343152_1772351460582249369_n

224173563_4210263222343152_1772351460582249369_n

223784620_4210264539009687_7794272652256178902_n

223784620_4210264539009687_7794272652256178902_n

223542548_4210264422343032_6978482640884423352_n

223542548_4210264422343032_6978482640884423352_n

223437976_4210263569009784_717749458063151486_n

223437976_4210263569009784_717749458063151486_n

224910765_4210263025676505_8869802890022570663_n

224910765_4210263025676505_8869802890022570663_n

224725605_4210264515676356_6677307087592667208_n

224725605_4210264515676356_6677307087592667208_n

224751855_4210411542328320_3986669249292156200_n

224751855_4210411542328320_3986669249292156200_n

225316440_4210262929009848_4892855892206927070_n

225316440_4210262929009848_4892855892206927070_n

225326707_4210263305676477_8285166319699887187_n

225326707_4210263305676477_8285166319699887187_n

225607839_4210263579009783_6938126164625253449_n

225607839_4210263579009783_6938126164625253449_n

Fin juillet, averses ininterrompues, atmosphère morose. Aucun ingrédient n’est réuni ce samedi 24 juillet pour mettre du monde dans la rue. Et pourtant, à partir de 14h, ce sont des milliers de personnes qui se réunissent contre le Pass Sanitaire à Nantes, signe d’un mécontentement profond. Le cortège s’élance peu après dans une ambiance familiale, et va grossir au long de l’après-midi. Les autorités annonceront 4000 participants et participantes, c’est probablement le double.

Première étape : le CHU, des soignant-es sont acclamé-es et des slogans résonnent contre les sanctions promises par le gouvernement contre le personnel de santé. «Liberté», «Révolution» et «Le pass ne passera pas» sont les principaux mots d’ordres entendus toute la manif. Beaucoup de conducteurs klaxonnent pour montrer leur soutien à la manifestation.

Le cortège remonte vers la Place Graslin, sans présence policière. Tout le monde est déjà trempé. Quelques fumigènes crépitent, l’ambiance commence à se réchauffer, une amorce de cortège anticapitaliste se forme. Des affiches sont collées sur le parcours. Direction la Préfecture en passant par la rue du Calvaire. Là bas, un mur anti-émeute a été mis en place, avec un gros contingent policier, et la BAC armée jusqu’aux dents au grand complet. Le préfet se barricade plus fort à chaque manif.

Moment de confusion. Des individus qu’on croirait sortis d’une faille temporelle de plusieurs décennies tentent «la police avec nous». Où vivaient ces personnes ces dernières années ? D’autres groupes chantent des slogans anti-répression. Une partie de la foule entonne la Marseillaise, et c’est à ce moment là que le barrage policier envoie des dizaines de grenades. Panique et colère. Des flux et reflux auront lieu pendant une demie-heure, avec des salves nourries de grenades de désencerclement faisant des blessé-es, et des tirs de balles en caoutchouc. Un journaliste reçoit un tir de LBD dans l’objectif de son appareil photo.

Entre-temps, une altercation a eu lieu pour chasser un groupe de fascistes. Certain-es manifestant-es tentent de s’interposer, parfois sans comprendre la situation, sans saisir qu’on ne peut pas se battre contre un État autoritaire avec les partisans de régimes totalitaires, qu’on ne peut pas s’opposer à l’État policier avec les amis des tueurs de Steve. Les royalistes et intégristes d’extrême droite ne seront jamais les défenseurs des libertés.

Pendant que les tensions continuent, un cortège fait des barricades à la croisée des trams, et un autre entre dans la gare en arrivant par le sud. La gare envahie, un événement rarissime dans l’histoire des luttes locales. Les slogans résonnent dans le nouveau bâtiment. Les rails sont brièvement occupés dans une ambiance joviale, et le hall de la gare est évacué, le temps que la police arrive. Nouveau moment de tension sur le parvis, avec deux arrestations très violentes et des tirs. Retour vers le centre-ville. Il reste quelques groupes déterminés malgré les averses. Ce qui reste de manifestant-es se retrouve sur le parvis d’Hôtel Dieu, où un espace d’échange aurait été salutaire si la météo l’avait permis.

Après cette mobilisation réussie, rendez-vous est pris pour le samedi suivant. Partout ailleurs, la journée a été aussi massive qu’à Nantes.

? : NR, Estelle Ruiz, Suvann, Manu, Dylan Lalande, Jonquille, Marion Lopez, Leonprendesphotos.