«Pour s’amuser», une policière met un coup de Taser à son collègue au volant : accident et délit de fuite


Dangers publics


Même dans le n’importe quoi ambiant, cette affaire reste assez terrifiante. En pleine nuit, samedi 28 août, des policiers sont en patrouille dans la ville de Roubaix, dans le Nord. Ils jouent avec un Taser, ces pistolets à impulsion électrique qui envoient des décharges de 50.000 volts dans le corps.

Une policière de l’équipage donne alors un coup de Taser à son propre collègue qui conduit la voiture. «Pour s’amuser» justifie-t-elle. Évidemment, il perd le contrôle du véhicule de police et percute une voiture garée sur le côté de la route. Plutôt que de s’arrêter, de constater les dégâts, de réparer leur bêtise, ces agents assermentés et payés par l’État décident de continuer leur route «sans s’arrêter» : un délit de fuite. Il seront tout même arrêtés plus tard.

L’avocat de cette policière sous tension tente, péniblement, de justifier les faits dans la presse : «C’était la fin de service», «les policiers s’amusent entre eux et font les imbéciles», il s’agit d’un «léger coup de Taser». Les arguments des avocats de fonctionnaires mis en cause frôlent souvent les tréfonds de l’indécence, mais ici, c’est encore en-dessous.

Les trois policiers sont convoqués devant le tribunal correctionnel de Lille le 3 février prochain. La presse écrit que la policière «risque une peine de prison, ainsi qu’une radiation». Puisqu’il ne s’agit que d’un «risque», on en déduit que ces agents exemplaires sont toujours en exercice.

Cette nuit-là, des policiers auraient pu tuer quelqu’un avec leur voiture de fonction parce qu’ils s’amusaient avec une arme. Cette affaire a de quoi interroger : si des agents se donnent des décharges électriques pour «s’amuser» au volant, que peuvent-ils faire subir à des personnes lambda qu’ils ont arrêtées ? Du reste, le délit de fuite est caractérisé : rappelons que pour des refus d’obtempérer à un contrôle de police, plusieurs conducteurs de véhicules ont été criblés de balles ces derniers jours à Rosny, Stains, Marseille ou Nantes. En effet, les forces de l’ordre sont désormais autorisées à ouvrir le feu sur un véhicule en fuite. Sauf, bien sûr, s’il est muni d’un gyrophare…


Source : https://www.francetvinfo.fr/…/nord-pour-s-amuser-une…

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don