NANTES : UN 9EME SAMEDI DE ROUTINE CONTRE LE PASS SANITAIRE ?

phpkK9PIJ-1

phpkK9PIJ-1

phpkK9PIJ

phpkK9PIJ

241911755_4358179084218231_936173606632056831_n

241911755_4358179084218231_936173606632056831_n

241835302_4358179524218187_5076888439241012228_n

241835302_4358179524218187_5076888439241012228_n

241840851_4358180154218124_5099164190860155002_n

241840851_4358180154218124_5099164190860155002_n

241828502_4358179137551559_498502980099913349_n

241828502_4358179137551559_498502980099913349_n

241806740_4358179877551485_8877203020074217496_n

241806740_4358179877551485_8877203020074217496_n

241799280_4358179857551487_2617119621134329605_n

241799280_4358179857551487_2617119621134329605_n

241795647_4358179260884880_4629140433070447322_n

241795647_4358179260884880_4629140433070447322_n

241795623_4358179574218182_1991552445295717373_n

241795623_4358179574218182_1991552445295717373_n

241794730_4358180027551470_5783734945416451525_n

241794730_4358180027551470_5783734945416451525_n

241794032_4358178407551632_1525465484221627903_n

241794032_4358178407551632_1525465484221627903_n

241790775_4358180250884781_2149193760971775920_n

241790775_4358180250884781_2149193760971775920_n

241789131_4358178960884910_6863205133940930635_n

241789131_4358178960884910_6863205133940930635_n

Ce samedi 11 septembre, grand soleil, rendez-vous traditionnel suivi du défilé habituel. Partis de la croisée des trams, plusieurs milliers de manifestants et manifestantes ont, de nouveau, pris les rues. En tête, des musiciens installent une bonne ambiance, un accordéoniste entonne «Bella Ciao» rue Crébillon, quelques affiches sont collées, il y a quelques huées bon enfant devant la mairie qui a pris la décision ignoble d’obliger les associations à contrôler le pass sanitaire lorsqu’elles distribuent de la nourriture, un nouveau numéro de la «gazette des terrasses» circule, une banderole «macronavirus à quand le vaccin ?» fait son apparition, il y a un apéro souriant … Bref, une manifestation tranquille et sympathique. Mais y-a-t’il une montée en puissance capable de faire céder le gouvernement ? Un danger pour le pouvoir ?

«La violence discrédite les manifs» entend-t-on depuis des décennies. Pourtant, ces deux derniers mois, en plein été, des centaines de milliers de personnes sont dans la rue sagement. Il n’y a pas l’ombre d’une action directe. Et le gouvernement n’en a absolument rien à faire. Cela n’a même pas empêché les médias de discréditer la mobilisation. Le mouvement est devenu inaudible, car dans de nombreuses villes, la gauche a piteusement abandonné la rue à l’extrême droite sur une question fondamentale : celle des libertés.

Avec la rentrée, le temps d’imaginer ou de réinventer un répertoire de lutte à même de se faire entendre est-il venu ?