DES ADOLESCENTS VIOLENTÉS ET EXPULSÉS PAR LA POLICE… PENDANT UNE PROJECTION DU FILM BAC NORD !


Des mineurs contrôlés contre le mur par 30 policiers, l’un d’entre eux gazé au visage


On savait que le film «BAC Nord», qui glorifie des policiers ripoux et qui reçoit des éloges de la part de l’extrême droite était dangereux pour le cerveau. Il s’avère qu’il est peut aussi être dangereux pour ses spectateurs. Une enquête administrative est ouverte, après l’évacuation de 17 adolescents du cinéma Kinepolis de Lomme, au nord de Lille, par une équipe de policiers, pendant la projection du polar.

L’événement a eu lieu mercredi 15 septembre dernier. 17 adolescents, âgés de 11 à 17 ans, sont emmenés au cinéma par des animatrices de la Maison de Quartier du coin. Dès le début, une animatrice raconte qu’un vigile menace l’un des jeunes. Puis, pendant la séance, alors que le groupe est calme, le même vigile demande aux adolescents de quitter la salle : «les jeunes regardaient leur film tranquillement. Le vigile est arrivé en me disant de prendre le groupe et de dégager d’ici. Ce sont les mots qu’il a utilisés». Il appelle immédiatement la police.
En plein film, pas moins de 30 policiers armés débarquent. Une opération «brutale et injustifiée» selon les encadrantes. Les adolescents font alors face aux forces de l’ordre. «Ah, c’est toujours les mêmes !» s’écrie un agent. Ahmed, 11 ans, est le premier à être contrôlé : «Au moment où on sortait, ils ont mis des lampes torches dans nos yeux, ça piquait. Après, un policier m’a jeté contre le mur, et il m’a dit que si je racontais n’importe quoi, il me mettrait une claque.» Un autre : «Ils m’ont traité de petit puceau, ils m’ont poussé. J’étais choqué. Ça va rester gravé en moi», ou encore «ils nous ont insulté de cassos, puis ils nous ont sorti. Comme on ne marchait pas assez vite pour eux, ça les a énervé». L’un des jeunes ne marche pas assez vite pour le policiers, et reçoit du gaz lacrymogène en pleine figure.

«La demande des vigiles était illégitime, et le comportement des policiers n’était pas normal», répète assène Fanny H, la directrice de la maison de quartier. Elle a déposé une plainte auprès du procureur de la République. Cette opération humiliante en pleine séance de «BAC Nord» est une véritable mise en abîme de la brutalité quotidienne des policiers à l’égard de la jeunesse des quartiers, et de l’impunité dont bénéficient les agents.

Une source : https://www.francebleu.fr/…/une-enquete-sur-des…