Chicago : autoréduction dans un magasin du groupe LVMH

Cette semaine à Chicago, un groupe d’individus a ciblé un magasin Louis Vuitton, enseigne de vêtement de luxe du groupe LVMH et propriété du parasite multi-millardaire français Bernard Arnault. La vidéo qui circule sur les réseaux sociaux montre une dizaine de personnes prenant la fuite, sortant du commerce à pas de course, les bras copieusement remplis d’habits sans que les agents de sécurité ne puissent intervenir. Un beau pied de nez dans la tronche des exploiteurs capitalistes.

L’autoréduction est une pratique collective visant à imposer la baisse du prix d’un produit ou d’un service, voire de le rendre complètement gratuit. Grève des loyers ou des factures, expropriation populaire de produits de première nécessité ou de biens de consommation, les autoréductions les plus populaires ont eu lieu dans l’Italie des années 70. Cette pratique de réappropriation prolétarienne était un acte de lutte du quotidien contre les inégalités. Le mouvement autonome parlait ainsi de communisme immédiat.

Il n’est pas rare de voir ce type d’action encore aujourd’hui. Notamment en France, dans les restaurants universitaires ou les supermarchés. On retrouve aussi cette pratique au cœur des mouvements insurrectionnels. Lorsque les autorités sont débordées et dépassées par les émeutiers, le contexte favorise la réappropriation instantanée. Qui ne se souvient pas de ces scènes de pillages généralisés pendant l’insurrection américaine suite à la mort de George Floyd ? ou des boutiques de luxe dévalisées sur les Champs-Elysées le 16 mars mars 2019 lors du soulèvement des Gilets Jaunes ? Moment d’effervescence collective et d’enthousiasme ou le peuple se réapproprie les richesses qu’il a produites et qui lui ont été volé. Des gestes à multiplier ?


La vidéo : https://twitter.com/NicSherrod/status/1445784277807890436

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don