🤖 DYSTOPIE RÉELLE : “XAVIER”, UN ROBOT POLICIER DANS LES RUES DE SINGAPOUR


La France a signĂ© un partenariat avec l’agence qui a dĂ©veloppĂ© ce robot autonome chargĂ© de surveiller et punir les habitants



➡️ Il s’appelle «Xavier», c’est le nom d’un petit robot-flic, une machine techno-sĂ©curitaire. Xavier est la dernière innovation dans la CitĂ©-Etat de Singapour, chargĂ©e de rĂ©primander «les mauvais comportements» des passants, n’hĂ©sitant pas Ă  distribuer des amendes Ă  la pelle aux contrevenants. DotĂ© de camĂ©ras Ă  360°, capable de voir dans la nuit, ce robot policier est en contact permanent avec les agents de la ville, et peuvent communiquer en temps rĂ©el les infractions constatĂ©es. Avec une voix synthĂ©tiques, ils doivent aussi «sensibiliser» le public sur ces comportements dits «indĂ©sirables» en diffusant des messages prĂ©-enregistrĂ©s : «Veuillez ne pas fumer dans les zones interdites telles que les passages couverts», «Veuillez garder un mètre de distance, ne vous regroupez pas Ă  plus de cinq personnes s’il vous plaĂ®t». ExtrĂŞmement invasif et intrusif.

➡️ Les robots roulants Xavier sont testés depuis plusieurs semaines. Infatigables, oeil omniscient au cœur de la mégalopole, les robots patrouilleurs ont notamment été déployés dans un centre commercial et une résidence au mois de septembre à la recherche des «comportements sociaux indésirables». Ce «bijou» technologique est développé par des agences publiques basées à Singapour. Notamment la Home Team Science and Technology Agency (HTX) avec qui la délégation ministérielle française «aux industries de sécurité et à la lutte contre les cybermenaces» – la Demisc – a signé un partenariat administratif de cinq ans en avril 2018.

➡️ La France, est le seul pays partenaire de la citĂ©-État en matière de techno-securitĂ©. Le ministère de l’intĂ©rieur très sensible au dĂ©veloppement des technologies de reconnaissance faciale suit de près la situation singapourienne et ses stratĂ©gies Ă  l’œuvre en matière de surveillance. Une preuve supplĂ©mentaire des vellĂ©itĂ©s de l’État français pour dĂ©velopper des outils Ă  mĂŞme de contrĂ´ler sa population. PrĂ©occupant dans une pĂ©riode oĂą le gouvernement Macron tente de se doter d’un arsenal lĂ©gislatif pour imposer sur le territoire son appareil techno-policier. La loi SĂ©curitĂ© Globale ou la toute dernière loi sur l’usage des drones en sont les sinistres exemples.

➡️ Ă€ Singapour, cette nouvelle arme vient s’ajouter Ă  la liste dĂ©jĂ  bien fournie de technologies de surveillance prĂ©sentes sur l’Ă®le. Les dispositifs y sont nombreux. Plus de 90 000 camĂ©ras policières et des logiciels de reconnaissance faciale cachĂ©s dans les lampadaires peuvent traquer et identifier n’importe quel rĂ©sident au sein d’une foule. Chronique d’une dystopie du temps prĂ©sent.