Train Perpignan-Rungis : opération de com’ et hypocrisie du gouvernement


Dans la série : le gouvernement nous prend pour des cons, une belle opération de com’ cette semaine.


Le premier ministre a «inauguré» une ligne de train pour acheminer les produits frais du sud de la France vers Paris : le train «Perpignan-Rungis». Gros dispositif, vidéos de promotion, déclarations dans les médias, et nombreux tweets du gouvernement : «jamais un Gouvernement n’aura autant investi dans le ferroviaire», «l’écologie en actes», etc.

Ce que Castex ne dit pas c’est que c’est son propre gouvernement qui avait fermé la ligne en 2019 ! À l’époque, des mobilisations de cheminots avaient eu lieu, des écologistes avaient protesté. En effet, fermer cette ligne de Fret, c’était mettre plus de 20.000 camions de plus sur les routes. Castex ne dit pas non plus que quand il a supprimé le train Perpignan-Rungis il comportait 40 wagons, la nouvelle version aujourd’hui n’en comporte plus que 12. En gros, ce qu’il présente comme un progrès est un retour en arrière.

Présenter des reculs comme des avancées, maquiller en mesure «écologique» une décision irresponsable : c’est le propre du pouvoir en place. Un régime de managers et de communicants capables de dire tout et son contraire, qui parie sur l’amnésie générale.

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don