Le Pass Vaccinal “suspendu” pendant les présidentielles


Annonce électoraliste et hypocrite : quelques remarques


Avec ou sans Pass Vaccinal, Macron se boit une tasse de café en terrasse.

C’était il y a quelques semaines seulement. Le 24 janvier, le Parlement votait en procédure accélérée le «Pass Vaccinal». La situation était gravissime, il fallait de toute urgence durcir encore davantage le contrôle numérique de la population. Alors même que des centaines de milliers de personnes avaient manifesté le 8 et le 15 janvier, et que les Antilles s’embrasaient.

Un mois plus tard, ce Pass présenté comme absolument nécessaire est «suspendu». C’est une décision prise par Emmanuel Macron lors d’un Conseil de défense sanitaire, à huis clos, et qui sera effective à partir du jeudi 14 mars.

5 remarques sur cette annonce :

  • De deux choses l’une : soit le scannage de la population par QRcode «protège» du virus comme l’a répété le gouvernement, et dans ce cas, pourquoi le suspendre ? Soit le Pass est parfaitement inutile et même nuisible, comme tout le monde s’en rend parfaitement compte, auquel cas il faut le supprimer totalement et définitivement. Pas le suspendre. Pourquoi cette ambiguïté ?
  • La situation était devenu ingérable. Le gouvernement était contraint de «désactiver» plusieurs millions de Pass chaque semaine, de personnes qui ne souhaitaient pas se faire vacciner une troisième fois pour avoir le privilège d’être scannées dans leur vie quotidienne. À terme, il aurait fallu exclure des dizaines de millions de personnes de la vie sociale. Pas tenable en période électorale.
  • Le Pass Vaccinal est suspendu, mais les milliers de soignants, de pompiers et autres professionnels qui sont suspendus depuis des semaines, sans salaire, seront-ils réintégrés ? Vont-ils recevoir des excuses ? Percevoir leurs salaires ?
  • Si le Pass Vaccinal est suspendu, le Pass sanitaire est maintenu pour les établissements médicaux. C’est un frein à l’accès aux soins, tout à fait absurde et contre-productif.
  • C’est évidemment une annonce électorale : avec une indécence toute macronienne, le Président annonce le même jour son entrée en campagne et la levée du Pass. On peut difficilement faire pire en terme d’électoralisme. Soyons sûrs que ce gouvernement liberticide n’a pas enterré ce moyen inédit de contrôle de la population. Après les élections, si Macron est réélu, il est certain que le Pass sera réactivé pour une raison ou pour une autre.

Nous avons collectivement accepté un outil de coercition sanitaire inefficace et dangereux depuis l’été dernier. Saurons-nous le refuser, collectivement, la prochaine fois ?


Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.