Corse : la police massacre des lycéen.ne.s


Mercredi 2 mars au matin, Yvan Colonna, indépendantiste détenu pour le meurtre du préfet de Corse en 1996 après un procès inéquitable, était victime d’une tentative d’assassinat dans la prison d’Arles. Depuis, la colère s’exprime en Corse. Et la répression fait des ravages. Hier, les lycéens de l’île ont bloqué leurs lycées et manifesté. Et ont subit de très graves violences policières.


  • Laurina, une jeune de 14 ans qui manifestait hier à Ajaccio a été gravement blessée à la jambe par un éclat de grenade explosive de type GM2L, avec un éclat profondément enfoncé dans la chair. Elle a été opérée dans la soirée. Ce type de grenade peut arracher une main, ou tuer.
  • Jean-Claude, 16 ans a été grièvement blessé à la tête par un tir de LBD à Ajaccio. Il a été transféré en urgence par avion sanitaire vers Marseille pour être opéré. Selon son oncle, le jeune aurait reçu des coups de pieds dans la tête et à la gorge lors de son arrestation.
  • D’autres images montrent des tirs de LBD vers des lycéens, et une blessure à la gorge, notamment.

Ces violences face aux mobilisations lycéennes sont récurrentes. Il y a quelques semaines encore à Nantes et Rennes dans le cadre e blocus. Face à la jeunesse, à Nantes, Ajaccio, Toulouse ou Saint-Denis, la police française déchaîne sa barbarie.


Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.