AVEC MACRON, LE RETOUR DU TRAVAIL FORCÉ

Emmanuel Macron vient d’annoncer son programme, ou plutôt son plan de bataille. Car il ne s’agit pas de programme mais d’une liste de sévices, d’une série d’attaques d’une violence inouïe.

En plus de détruire le système de retraites et l’hôpital public, Macron veut «conditionner le versement du RSA à un minimum d’activité, de 15 à 20 heures hebdomadaires».

C’est le retour du travail forcé. Le RSA, c’est déjà l’aumône. 565,34€ donnés aux personnes sans emploi ni ressources. Juste de quoi survivre. Mais avec Macron, il sera donc obligatoire de travailler pour plus d’heures qu’un mi-temps en échange de cette somme, très en dessous du salaire minimum. Et sans aucune cotisation sociale ni contrat.

Ce n’est pas un petit recul, mais un retour en arrière de plusieurs décennies, quasiment un retour à l’Ancien Régime.

Il s’agit là d’une revendication ancienne du Medef. D’ailleurs, dans son programme, Macron annonce aussi la suppression de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises, soit un nouveau cadeau de 7 milliards d’euros pour les plus riches. Tuer littéralement les plus faibles et goinfrer jusqu’à l’indigestion les forts.

Cette casse du RSA est d’une gravité absolue pour des millions de précaires. Le message c’est : «tu trouves pas de job ? Tu es inemployable ? On va te trouver du travail. Regarde : pour 500 balles, pas de cotise, pas de contrat et tu fermes ta gueule, sinon tu meurs».

Qui sont les «30%» qui comptent voter pour ce programme criminel ? Qui est assez stupide, violent, haineux, insensible, méprisable pour approuver cela ? Y-a-t-il des gens qui ne sont ni milliardaires ni sociopathes qui comptent vraiment voter Macron ? Organisons-nous pour bloquer par tous les moyens l’accès au pouvoir de la bourgeoisie radicalisée