Macro-lepénisme : un candidat LREM se revendique “français de souche”


«J’assume» (reprendre le vocabulaire du fascisme)


Dans la Somme, le candidat insoumis François Ruffin fait face à un candidat LREM qui se proclame «Français de souche» sur ses tracts de campagne. Pascal Rifflart utilise donc sans aucun complexe un concept racial, propre à l’extrême-droite. D’ailleurs, le site raciste Fdesouche s’est régalé, en relayant ce tract LREM, fier de sa victoire idéologique.

Aujourd’hui, ce candidat macroniste explique carrément sur Twitter et dans les médias qu’il «assume» et qu’il faut «parler aux gens comme ils parlent». Il ajoute, en plein délire : «Je vais même enfoncer le clou, je suis un chasseur», et termine à propos de François Ruffin : «Il s’autorise un peu tout, alors moi aussi». Dans cette circonscription, l’extrême droite fait des gros scores et LREM décide sans complexe d’aller chercher leurs voix. Ce n’est pas un «barrage» à l’extrême droite, c’est une autoroute.

Il est désormais parfaitement clair que Macron et Le Pen sont un duo, que l’extrême libéralisme et l’extrême droite collaborent pour se maintenir au pouvoir. Macron a gagné 10 ans de présidence sans faire campagne, par un double hold-up électoral avec sa complice Le Pen. Une fois élu grâce au «barrage», le clan Macron applique une politique à la fois sécuritaire, islamophobe et patronale, et reprend les mots de l’extrême droite. Gagnant gagnant. Et catastrophique pour la population, et en particulier les démunis, les exclus, les minorités.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.