La semaine commence bien : Manuel Valls est éliminé


Valls fou de rage après son nouvel échec supprime son compte Twitter


Manuel Valls s'éponge le front lors d'un discours, il a chaud car tout le monde le déteste.

La semaine commence bien : c’est un lundi férié, et Manuel Valls est éliminé dès le premier tour des élections législatives.


Valls est un serial looser de la politique en plus d’être un individu toxique et malfaisant. En 2012, Manuel Valls avait récolté à peine 5% des suffrages… à la primaire socialiste. Ce qui ne l’avait pas empêché d’être propulsé Premier Ministre par Hollande, la flaque de boue, qui a gouverné à droite toute. Nouvelle déculottée de Valls à la primaire PS de 2017, mais il s’empresse de trahir son parti et appelle à voter Macron pour obtenir un ministère. N’ayant pas de poste chez Macron il tente sa carrière en Espagne où il s’allie avec des franquistes. Échec sur échec.

Il revient en France, squatte les plateaux télé, sert de brosse à reluire à Macron et arrache finalement en 2022 une circonscription facile, offerte par le monarque : celle des français de l’étranger qui comprend l’Espagne et le Portugal. Même là, il n’y arrive pas. Valls est éliminé dès le premier tour, au profit d’un macroniste dissident et d’une candidate NUPES. Chez les français de l’étranger, le vote a lieu une semaine plus tôt. Valls aura donc réussi à perdre en France, à l’étranger, et même chez les français de l’étranger. On a un champion.

Hier soir, après avoir fait un long texte sur sa défaite, Valls a été pris de rage : il a finalement supprimé son compte Twitter après avoir posté : «Adieu Twitter». Bon débarras, aucune pitié pour ce personnage qui n’en a jamais eu envers l’humanité.

Ce nouvel échec montre bien que tout le monde déteste Manuel Valls, le socialiste qui a généralisé le LBD, réprimé les manifs dans le sang, assumé la mort de Rémi Fraisse et l’état d’urgence, imposé des mesures ultra-libérales par 49.3. Lui et sa famille politique doivent disparaître.

Cela montre aussi la déconnexion entre le microcosme médiatique et le réel. Valls continue depuis des années à être invité partout, sur les plateaux télé et à la radio, comme si son avis avait la moindre légitimité. Il commente l’actualité, donne les bons et les mauvais points. Ce petit monde consanguin se donne la parole entre amis. Espérons que, cette fois ci, on soit débarrassés de Manuel Valls pour de bon.


Qu’il reste dans les poubelles de l’histoire d’où il n’aurait jamais dû sortir.


Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.