Baisse du niveau des fleuves : apparition de «pierres de la faim» et de bombes


«Si tu me vois, pleure» : l’avertissement de nos ancêtres au fond des fleuves


L’Europe traverse l’une des pires périodes de sécheresse de son histoire. La Loire, plus grand fleuve français, est quasiment à sec et se traverse à pied à Orléans. La baisse du niveau des fleuves et des rivières laisse place à des vestiges plus ou moins récents.

  • Au nord de l’Italie, le fleuve Pô a tellement descendu qu’il a laissé apparaître une bombe de 450 kg non explosée de la seconde guerre mondiale. Des démineurs ont dû intervenir pour éloigner l’obus. Au début de l’été, c’étaient deux navires de charge coulés en 1944 qui étaient visibles hors de l’eau, ainsi qu’un véhicule chenillé.
  • En Allemagne, c’est la rivière Panke, proche de Berlin, appartenant au bassin-versant de l’Elbe qui est complètement asséchée à certains endroits. En Suisse, le Lac des Brenets n’est plus navigable, il est quasiment à sec. En Angleterre la source de la Tamise est asséchée, le fleuve est à peine une flaque de boue sur des kilomètres en aval.
  • Au Portugal, c’est un village englouti qui ressurgit. Il y a 35 ans, le village de Vilarinho das Fumas était noyé sous les eaux par la construction d’un barrage. Cet été, les ruines du village sont visibles à la surface.
  • Enfin, signe des temps plus inquiétant : un message adressé par nos ancêtres au fond des rivières. Il s’agit de «Hungerstein», c’est-à-dire en Allemand, des «pierres de la faim». Ces pierres situées dans le lit du cours d’eau sont gravées, pour avertir les habitants que le niveau de l’eau est vraiment très bas si l’inscription est visible, et qu’il faut craindre des famines. Dans l’Elbe, en République tchèque, une pierre portant la mention «Wenn du mich siehst, dann weine», c’est-à-dire, «Si tu me vois, pleure» est visible cet été. L’inscription remonterait au début du 19ème siècle lors d’une famine provoquée par l’éruption d’un volcan ayant perturbé le climat et diminué les récoltes. D’autres «pierres de la faim» datent de la Renaissance ou du Moyen-Age. L’inscription dans l’Elbe était déjà apparue lors d’une canicule de 2018, et il est évident que ces pierres surgiront de plus en plus souvent dans les fleuves du centre de l’Europe, pour nous rappeler l’emballement climatique.
Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.