🪖 «Payer le prix de la liberté» : de quoi parle Emmanuel Macron ?


Un discours guerrier pour faire accepter les reculs sociaux


Vendredi 19 aout au soir, Ă  quelques jours de la rentrĂ©e, Macron a lancĂ© un discours guerrier Ă  l’occasion de la commĂ©moration de la libĂ©ration. Il a notamment dĂ©clarĂ© Ă  la population qu’il fallait «accepter de payer le prix de la libertĂ©.» Une nouvelle sortie guerrière assez inquiĂ©tante. Mais qu’a-t-il voulu dire par lĂ  ?

➡️ Quelle libertĂ© ? Plusieurs dizaines de textes sĂ©curitaires et «antiterroristes» ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© votĂ©s depuis 20 ans, avec une nette accĂ©lĂ©ration des mesures liberticides depuis que Macron est au pouvoir. Depuis 2015, 15 lois «antiterroristes» ont Ă©tĂ© votĂ©es. Il faut y ajouter toutes les lois sĂ©curitaires, relatives Ă  la surveillances ou aux contestations. Il y a donc eu ces dernières annĂ©es au moins 3 lois liberticides votĂ©es par an en France : l’étau se resserre chaque trimestre. Pas plus tard que cette semaine, le Conseil Constitutionnel validait une loi permettant Ă  la police de faire censurer un contenu en ligne considĂ©rĂ© comme «terroriste» en moins d’une heure. Avant cela, il y a eu la loi de sĂ©curitĂ© globale, l’Ă©largissement du fichage, les mesures «anti-casseurs», la loi sur le sĂ©paratisme… Des milliers de personnes ont Ă©tĂ© enfermĂ©es durant les Gilets Jaunes, l’Ă©tat d’urgence est permanent, les mutilations par la police ne se comptent plus. La France est officiellement considĂ©rĂ©e par des organismes internationaux comme une «dĂ©mocratie dĂ©faillante», Ă  la lisière du rĂ©gime autoritaire. Si la libertĂ© doit ĂŞtre dĂ©fendue dans ce pays, alors il faut d’abord faire tomber Macron immĂ©diatement.

Financez Contre Attaque

Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d’exister, votre soutien est vital. Vous pouvez nous faire un don en cliquant sur les homards

➡️ Quel est le prix dont parle le PrĂ©sident ? Celui du budget des ArmĂ©es, qui va donc augmenter en 2023 de 3 milliards d’euros pour atteindre 44 milliards d’euros. Les 6 milliards pour le SNU, le service destinĂ© Ă  bourrer le crane des lycĂ©ens ? Les 2 milliards supplĂ©mentaires pour la police et des achats pharaoniques de blindĂ©s et d’armement pour les forces de l’ordre ? Macron n’aime pas la libertĂ©, mais il dilapide l’argent public pour la police et l’armĂ©e. Alors quel est le prix de la libertĂ© ? Une inflation Ă  deux chiffres sans augmentation de salaire ? Les plus pauvres n’ont plus accès aux denrĂ©es alimentaires de base, dont les prix explosent. Ou ce prix est-il la destruction des retraites et du code du travail ? Selon le journal Ă©conomique Les Échos, dès la rentrĂ©es, le gouvernement compte attaquer de front «la rĂ©forme de l’assurance-chĂ´mage, la valorisation des acquis de l’expĂ©rience, la qualification», mais aussi «la rĂ©forme du lycĂ©e professionnel et de l’apprentissage, l’emploi des seniors et la crĂ©ation de France Travail». Bref, Macron prĂ©voit de tout saccager, il mène une guerre sociale totale, du jamais vu sous la cinquième rĂ©publique. Est-ce prix du sang ? Faire souffrir toujours plus les plus pauvres ?

➡️ En rĂ©alitĂ©, Macron continue Ă  utiliser le registre guerrier pour verrouiller toute opposition et crĂ©er un sentiment d’Union Nationale pour faire passer tous les reculs. Il installe un climat d’Ă©tat d’urgence et de guerre permanente. Nous sommes passĂ©s de l’Ă©tat d’exception antiterroriste, Ă  l’Ă©tat d’urgence sanitaire, Ă  l’Ă©tat de guerre militaire. Refusons de payer le prix fixĂ© par nos oppresseurs.