Quand le gouvernement dit que «tout va bien» : inquiétez-vous


Autodéfense intellectuelle


En ce jour de rentrée, le Ministre de l’Éducation Nationale Pap Ndiaye est allé faire le pingouin en direct à la télévision pour dire que «la rentrée scolaire s’est bien passée» et que les élèves ont «bien commencé leur année». Un pur exercice de com’. Le fait même qu’un ministre de l’Éducation soit obligé de déclarer dans les médias que les écoles ouvrent à la rentrée devrait être une alerte rouge pour toute personne raisonnable. S’il faut répéter une évidence pareille, c’est que ça va vraiment mal. Les communicants appellent cela du «damage control», ou communication de crise. C’est désormais la doctrine habituelle du pouvoir :

Les centrales nucléaires ? «Tout fonctionne parfaitement» (alors que la moitié des réacteurs sont à l’arrêt, que les incidents se multiplient et que des coupures d’électricité menacent cet hiver).

Le COVID ? «Il n’arrivera jamais en France» (deux semaines avant que la pandémie ne déferle partout).

Les masques ? «Ils sont inutiles» puis «Il y en aura en quantités suffisante» (après que le Ministère de la Santé ait détruit des dizaines de millions de masques en stock, provoquant une pénurie pour les soignant-es).

Les violences policières ? «Elles n’existent pas» (alors que des milliers d’images atroces d’une répression sanguinaire circulaient sur tous les réseaux sociaux).

Les services d’urgences? «Ils ne sont pas fermés mais régulés» (alors que de nombreux service ont fermé faut de moyens cet été).

L’incendie de Lubrizol ? «Il n’y a aucune raison de s’inquiéter» (avant même que les analyses de l’incendie de cette usine chimique ne soient connues).

Et ce ne sont que quelques exemples.

Bref, quand le clan Macron dit que ça va, inquiétez vous ! En ce qui concerne la rentrée scolaire, malgré un «recrutement» d’enseignants précaires et non formés au dernier moment, de nombreux cours ne sont pas assurés et des exemples d’établissements en pénurie de profs remontent déjà de toute la France. L’école publique est en plein naufrage.

Dans les régimes autoritaires gouvernés par le mensonge, plus les dignitaires insistent pour dire que quelque chose se «passe bien», plus cela signifie que la situation est catastrophique. Plus ils nous mettront en danger et plus leur incurie sera évidente, plus ils mentiront.

Financez Contre Attaque

Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d’exister, votre soutien est vital. Vous pouvez nous faire un don en cliquant sur les homards