Nice : exécution policière et mensonges médiatiques


Attention, images choquantes


2 morts en 24h. C’est le bilan humain de l’action policière en France, le 7 septembre 2022. La nuit dernière, des policier tuaient par balle une jeune femme de 22 ans à Rennes. La passagère d’un véhicule coupable de «refus d’obtempérer». Une «victime collatérale».

Cet après-midi, un deuxième mort à Nice, pour les mêmes raisons. Une vidéo (sans son), montre clairement une exécution sommaire. On voit le véhicule, bloqué par une voiture de police. Un policier braque le conducteur. Le véhicule commence, doucement, à reculer. Il n’y a absolument aucun danger. Le policier fait feu au niveau de la vitre : un tir destiné à tuer. Le conducteur meurt peu après. Le passager qui a frôlé la mort est arrêté et mis en garde à vue. Une scène digne des USA.

Immédiatement, les médias des milliardaires se précipitent pour déverser leur habituelle propagande. Les policiers seraient «blessés», ils seraient «choqués», répète en boucle une présentatrice. Pas un mot pour la victime. Et un représentant des forces de l’ordre, en direct, répète que la vie des policiers était en danger et qu’il fallait absolument tirer. Mensonges habituels. Manque de chance, une vidéo prouve le contraire.

C’est la dixième personne tuée par balle par la police française depuis le mois de mars. À chaque fois le même scénario. À chaque fois les mêmes mensonges médiatiques. À chaque fois, la même impunité. Demain, ça peut être vous, un ami, un frère ou une sœur…


Où s’arrêtera le massacre ?


Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.