đź’§ MĂ©gabassines : la guerre de l’eau aura bien lieu


Grande mobilisation à Sainte-Soline, dans les Deux-Sèvres, les 29 et 30 octobre


Dans le marais Poitevin des «mĂ©ga-bassines», sortes de lacs artificiels couverts de bâches en plastique, sont creusĂ©es pour irriguer l’agriculture industrielle, polluante et gourmande en eau. Ces «bassines» pompent l’eau de la nappe phrĂ©atique pour des champs de monoculture productivistes bourrĂ©s de pesticides. C’est la captation d’un bien commun au profit d’une minoritĂ© et au dĂ©triment de petits paysans. Avec les Ă©pisodes de canicules et de sĂ©cheresse historiques que nous venons de traverser, cet accaparement de l’eau n’est pas seulement absurde : il est criminel.
Depuis plusieurs mois, des riverains, paysans, syndicalistes, Ă©cologiste et des anticapitalistes se mobilisent contre ces mĂ©gabassines. En mars dernier, 7000 personnes se rĂ©unissaient dans les Deux-Sèvres pour dĂ©noncer le creusement d’une gigantesque bassine de 220.000 m3 et 7 hectares. Auparavant, plusieurs actions ont eu lieu, notamment des sabotages. Mais les autoritĂ©s et les lobbys de l’agriculture productivistes s’entĂŞtent : ils veulent passer en force.

Sur la commune de Sainte-Soline, au Sud de Poitiers, malgrĂ© les oppositions les travaux pour une future bassine d’une superficie de seize hectares visant Ă  collecter de 750.000 m3 d’eau vont dĂ©marrer. Ce jeudi, des grilles sont apparues sur le site, signe d’un dĂ©marrage imminent du saccage. Dimanche 2 octobre, une cinquantaine de membres du collectif «Bassines non merci» organisaient un pique-nique sur la zone, pour rappeler leur opposition au projet. Un Ă©vĂ©nement anodin qui a dĂ©clenchĂ© une rĂ©pression dĂ©lirante.

Plus de 60 gendarmes armĂ©s, plus nombreux que les manifestants, ont empĂŞchĂ© le pique-nique et chargĂ© le barbecue avant de repousser sans mĂ©nagement les personnes prĂ©sentes. Au mĂ©gaphone, un manifestant expliquait : «L’État a dĂ©cidĂ© de faire la guerre de l’eau, a fait le choix de donner la primautĂ© Ă  l’agro-industrie au dĂ©pit de l’eau pour tous, de la biodiversitĂ©, des paysans qui essaient de cultiver autrement et de respecter les Ă©lĂ©ments du milieu. Dans la semaine, tout un système de sĂ©curitĂ© sera installĂ© et le bal des pelleteuses, des engins destructeurs de milieux rentrera en jeu.» Après plusieurs autres incursions repoussĂ©es manu militari par les gendarmes, les opposants Ă  la bassine se sont rĂ©unis et ont appelĂ© Ă  la rĂ©sistance.

Dans un premier temps, la liste des responsables sera rendue publique : agro-industriels, entreprises qui creusent des bassines, mairies complices… Dans un second temps, une grande mobilisation aura lieu trois semaines après le dĂ©but des travaux. Une mise en garde Ă©mise depuis plusieurs mois par le mouvement. Une manifestation aura donc lieu Ă  Sainte-Soline derrière le slogan : «Pas une bassine», elle est fixĂ©e pour le week-end des 29 et 30 octobre. La guerre de l’eau ne fait que commencer.


Pour en savoir plus :

Bassines Non Merci

Les soulèvements de la terre

Financez Contre Attaque

Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d’exister, votre soutien est vital. Vous pouvez nous faire un don en cliquant sur les homards