💥 La colère monte : vers la grève générale ?

Depuis la montĂ©e en puissance du mouvement de grève dans les raffineries françaises, c’est l’effet boule de neige. Les mĂ©dias et le gouvernement ont tout fait pour diffamer la grève et la rendre impopulaire : ils n’ont fait qu’amplifier le raz-le-bol. Des millions de personnes ne s’en sortent plus en France, entre l’inflation, les boulots prĂ©caires et mal payĂ©s, la casse des minimas sociaux. La colère est gĂ©nĂ©rale depuis longtemps. Mais il manquait l’Ă©tincelle.

Pour l’instant, c’est l’effet boule de neige dans le monde du travail :

➡️ Chez les cheminots, Ă  la RATP et SNCF, le syndicat SUD-Rail a votĂ© la grève reconductible Ă  partir du lundi 17 octobre. Ce jeudi matin, plus de 100 personnes Ă©tait dĂ©jĂ  rĂ©unies sur un piquet de grève du centre bus Ă  Paris. Comme partout, le mot d’ordre est simple : augmentation des salaires et de meilleures conditions de travail.

➡️ Ce jeudi les chauffeurs routiers CGT annoncent qu’ils se joindront au mouvement de grève le 18 octobre : «les salariĂ©s du transport routier de marchandises sont solidaires de la lutte en cours».

➡️ Les salariés de l’usine McBride dans le Finistère, qui fabrique des aérosols et des cosmétiques, se sont mis en grève pour une hausse des salaires.

➡️ La CGT annonce une grève chez PSA-Stellantis, dans l’industrie automobile le 18 octobre et appelle à «s’inscrire dans la durée».

➡️ Les organisations de jeunesse UNEF, FIDL, MNL et la Vie lycéenne appellent également une journée de grève et de manifestations interprofessionnelles ce mardi 18 octobre.

➡️ Les lycées professionnels seront également en grève ce mardi 18 octobre pour dénoncer le projet de réforme de ces établissements.

➡️ Une note du renseignement territorial craint une «contagion» chez les dockers, les agents portuaires et dans le secteur automobile.

➡️ «Nous appelons Ă  amplifier les mouvements de grève» expliquait ce matin Philippe Martinez, secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de la CGT. Les syndicats poussĂ©s par leurs bases appellent Ă  «une grève nationale interprofessionnelle pour les salaires et contre les rĂ©quisitions» le 18 octobre. Mardi prochain, espĂ©rons que les rues seront pleines et l’Ă©conomie bloquĂ©e. Et pour installer un vrai rapport de force, retrouvons nous en AssemblĂ©es GĂ©nĂ©rales de lutte après les manifestations.

D’ici lĂ , une manifestation aura lieu le 16 octobre Ă  Paris, Ă  l’initiative de la NUPES pour la justice sociale et climatique.

«On va continuer, envers et contre tout, les rĂ©formes» assurait Emmanuel Macron le 12 octobre Ă  la tĂ©lĂ©vision. C’est ce qu’on va voir. Les attaques du pouvoir sont trop violentes et les rĂ©actions trop faibles jusqu’ici. Il est temps de riposter : prenons la rue.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.