?? Photographié avec un brassard nazi, un député devient ministre en Italie


Giorgia Meloni, la nouvelle dirigeante néofasciste de l’Italie, a nommé son gouvernement. La plupart des ministres sont issus des rangs de l’extrême-droite ou de la droite néolibérale.


Parmi les ministres, Galeazzo Bignami, élu à la Chambre des députés en septembre 2022 sur la liste Fratelli d’Italia, le parti de la nouvelle Présidente du Conseil. «Frères d’Italie» est un parti fondé par des nostalgiques de Mussolini, dont le logo est une flamme tricolore, comme le Front National en France. Bignami avait été photographié avec un brassard nazi, comportant une croix gammée, avec un de ses amis arborant un logo de la SS, Schutzstaffel, organisation paramilitaire du parti nazi, qui a organisé le génocide juif et contrôlait les camps de concentration. Le ministre a affirmé que le cliché avait été pris «dans un contexte privé» et qu’il s’en était «excusé plus d’une fois». Nous voilà rassurés.

Galeazzo Bignami est donc «ministre des infrastructures» d’un pays où huit ponts se sont effondrés entre 2014 et 2018, dont le grand pont de Gênes, tuant 43 personnes en août 2018.

Dimanche 23 octobre, Macron était le tout premier dirigeant étranger à aller saluer en personne, à Rome, la nouvelle cheffe du gouvernement, celle qui disait admirer Mussolini et dirige un parti issu du fascisme historique. «Cela devait être un café rapide et cela s’est transformé en une longue conversation cordiale avec une nette convergence de vue sur les principaux dossiers européens» : c’est l’exclamation d’un néofasciste italien, dans le journal Le Monde, juste après la rencontre entre Macron et la nouvelle dirigeante italienne. Quelques jours plus tôt, Emmanuel Macron déclarait déjà : «Je suis tout à fait prêt à travailler avec la présidente du conseil italien Giorgia Meloni».

Visiblement, le gouvernement français craint plus les écologistes et les musulman-nes que les fascistes et leurs héritier-es.

Faire un don à Contre Attaque