đźš“ Victime de violences policières, un retraitĂ© brĂ»le les voitures d’un commissariat

DĂ©parts de feu dans le parking d’un commissariat dans la nuit du mardi 27 au mercredi 28 dĂ©cembre. C’est Ă  Cambrai, près de Lille. Le bloc moteur d’une voiture de police est en flammes, d’autres vĂ©hicules commencent tout juste Ă  se consumer sur le parking. Les policiers se lancent Ă  la recherche de l’incendiaire, qui aurait aspergĂ© plusieurs voitures de police d’essence.

Le fugitif est retrouvĂ© dans le jardin d’un voisin, Ă  cĂ´tĂ© du commissariat, muni d’une pince coupante. Il avait sectionnĂ© le mur grillagĂ© qui sĂ©pare le parking de ce jardin pour rĂ©ussir son opĂ©ration. Le suspect ? Un retraitĂ© de 64 ans. Il n’est connu des autoritĂ©s que pour «outrages et rĂ©bellion» – un motif souvent utilisĂ© par les agents pour couvrir leurs propres brutalitĂ©s – et avait Ă©tĂ© arrĂŞtĂ© Ă  l’automne dernier.

En garde Ă  vue, le suspect assume les faits. Il dĂ©clare avoir agi «par vengeance» après avoir Ă©tĂ© victime de «violences policières» subies après une interpellation. Il ajoute qu’il n’a «rien Ă  perdre» car il est «atteint d’un cancer».

Dans un communiquĂ© le lendemain, le syndicat d’extrĂŞme droite Alliance «rĂ©clame une rĂ©ponse pĂ©nale ferme contre cet auteur». Et comme la police impose ses volontĂ©s Ă  la justice, le retraitĂ© est mis en examen pour «destructions et dĂ©gradations de biens par un moyen dangereux pour les personnes en raison de la qualitĂ© de personne dĂ©positaire de l’autoritĂ© publique de leurs propriĂ©taires ou utilisateurs». Des faits de nature criminelle, puisque les lois punissent très durement l’atteinte aux Ă©quipements de police. Ce retraitĂ© vengeur est donc en dĂ©tention prĂ©ventive pour des dĂ©gâts uniquement matĂ©riels. Il a passĂ© le Nouvel An derrière les barreaux, malade. La justice est bien plus douce avec Nicolas Sarkozy ou Patrick Balkany.

Trois jours plus tĂ´t, la veille de NoĂ«l dans le mĂŞme commissariat, trois vĂ©hicules de police avaient entièrement brĂ»lĂ© cette fois. La justice poursuit le retraitĂ© Ă©galement pour ces faits, alors que le mode opĂ©ratoire n’Ă©tait pas le mĂŞme.

En France, les violences d’État explosent ces dernières annĂ©es, alors que l’impunitĂ© de la police n’a jamais Ă©tĂ© aussi totale. Ces injustices d’État de plus en plus flagrantes et rĂ©pĂ©tĂ©es ne peuvent qu’engendrer frustration et colère. Y compris de la part de profils inattendus.


Source : https://www.lavoixdunord.fr/1272547/article/2022-12-29/feux-de-vehicules-au-commissariat-de-cambrai-le-sexagenaire-aurait-agi-par