16 février : Nantes tout feu tout flamme


10.000 dans la rue, la détermination monte d’un cran


Ce jeudi, pour la 5ème journée de lutte contre la casse des retraites et le gouvernement Macron à Nantes, les modalités ont changé. Pas de défilé en journée mais une marche nocturne aux flambeaux. Cette initiative faisait suite aux blocages menés dans la matinée dans l’agglomération nantaise.

Au moins 10.000 personnes ont répondu présentes dans la nuit et l’humidité, un soir de vacances scolaires. La mobilisation ne retombe pas, elle se renforce : les rues se sont parées de flammes, de fumigènes et de feux d’artifice, et un imposant cortège de tête s’est de nouveau formé.

Après un premier tour balisé, la police a été tenue en respect, et le cortège a réussi à faire un second tour et atteindre des points du centre ville d’habitude bloqués par les forces de l’ordre, en repoussant temporairement la répression. La soirée s’est achevée dans un épais nuage de lacrymogène, les camions syndicaux ont tenu bon jusqu’au bout. A Hôtel Dieu, la police a noyé le CHU dans le gaz.

Syndicalistes, jeunesse, chômeurs, salariés, retraités : la colère et la détermination monte d’un cran à chaque rendez-vous. Le 7 mars risque bien d’être explosif.


? Images : Marion Lopez, Théo Prn, 20 minutes, Martin Hernot

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.