Show must go on


Chaque sortie de Macron est désormais un calvaire et une humiliation publique qui provoque des rires dans tout le pays.


Le déplacement dans la petite ville de Ganges ce jeudi est un échec monumental pour le président et une démonstration de force et d’astuce pour le mouvement social.

En plus des mobilisations bruyantes partout où passe Macron, la CGT a revendiqué deux coupures de courant :

  • La première à l’aéroport de Montpellier, Macron est donc arrivé dans un hall d’aéroport privé d’électricité.
  • La seconde dans le collège Louise Michel, bouclé par 600 policiers.

Macron devait intervenir dans une salle à l’intérieur du collège : une mise en scène préparée avec quelques profs et élèves triés sur le volet dans un CDI. Avec la coupure de courant, toutes les salles sont dans la pénombre. Il a donc fallu sortir quelques chaises de classe en urgence dans la cours pour produire le show médiatique.

Macron, en bras de chemise tel un bourgeois tout droit sorti de son école de commerce, parle en toute décontraction, alors que ministres et figurants sont blêmes, le visage renfermé. Régulièrement les élus jettent des coups d’œil sur le côté, pour vérifier si tout se passe bien et que la cours n’est pas envahie. Les micros peinent à ne pas laisser entendre les bruits de fond de la foule contenue par la police.

Macron ne tiendra certainement pas 4 ans ainsi. Même dans des villages reculés, il est pourchassé. Ses venues dans les grandes villes risquent de provoquer des émeutes généralisées. Il craquera bien avant nous.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.