Pour que Darmanin échappe aux casseroles, la préfecture du Nord diffuse un mensonge


Chronique de la post-vérité


Grotesque, pathétique et inquiétant à la fois. C’est encore une fois l’impression que donne ce gouvernement et les autorités qui lui obéissent.

Exemple dans le nord de la France ce samedi 6 mai. La préfecture de région publie sur Twitter un «démenti» officiel : «Contrairement à ce qui est parfois indiqué par erreur, Gérald Darmanin ne se rendra pas à Gruson». En effet, une casserolade était déjà en train de s’organiser contre la venue du ministre dans cette ville proche de Lille. La préfecture ose même : «Il n’a jamais été question qu’il vienne».

Quelques heures plus tard, Darmanin débarque dans la ville de Gruson pour «inaugurer» le nouveau centre-ville en compagnie des élus locaux. Une visite officielle clairement préparée et prévue, et revendiquée par les communicants du pouvoir qui ont diffusé la photo.

La préfecture a menti délibérément pour éviter à Darmanin la casserolade. Des hauts fonctionnaires assermentés en sont rendus à diffuser des fake news sur les canaux officiels du gouvernement pour esquiver la contestation. Voilà pour le grotesque.

Malgré cette feinte de lâche, Darmanin a été rapidement repéré par les opposants à la réforme des retraites et n’a pas pu éviter le concert de casseroles. Une manifestation s’est improvisée devant la mairie de Tourcoing alors que la mairie de Gruson a été taguée et recouverte d’huile de vidange. Voilà pour le pathétique.

Mais ce qui est inquiétant, c’est le rapport à la vérité des gens qui nous gouvernent. Ce sont les mêmes personnes qui nous juraient qu’il n’y aurait pas de recul de l’âge de la retraite, qui nous promettaient qu’il n’y aurait pas de pass sanitaire, qui inventent des policiers blessés, qui agitent la menace «d’ultra-gauche» ou qui nient les violences policières, même devant des vidéos incontestables.

Darmanin, chef de la police française, est capable d’affirmer face caméra qu’il n’y a pas eu de tirs de LBD de gendarmes en quad à Sainte-Soline, de dire que des milliers de hooligans anglais sans tickets avaient pris d’assaut le stade de France, ou de déclarer «quand j’entends le mot violences policières je m’étouffe» après la mort par asphyxie de Cédric Chouviat sous le poids de policiers.

Ils mentent. Nous savons qu’ils mentent. Ils savent que nous savons qu’ils mentent. Et, pourtant, ils persistent à mentir.

Qui peut encore croire un traître mot qui sort de la bouche des autorités françaises ?

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Une réflexion au sujet de « Pour que Darmanin échappe aux casseroles, la préfecture du Nord diffuse un mensonge »

  1. Macron 24 avril 2022 : “Je sais aussi que nombre de nos compatriotes ont voté ce jour pour moi non pour soutenir les idées que je porte mais pour faire barrage à celles de l’extrême droite. Je veux ici les remercier et leur dire que j’ai conscience que ce vote m’oblige pour les années à venir.”

Les commentaires sont fermés.