La planète en surchauffe

➡︎ Ces graphiques devraient nous laisser sans voix. En haut, les températures mesurées dans l’Atlantique Nord battent tous les records mesurés depuis 40 ans. Et pas qu’un peu : ils sont en train d’être explosés. Statistiquement, de tels écarts à la moyenne n’ont aucune raison d’être sans déstabilisation massive du fonctionnement des Océans, de ses courants, de son écosystème… En bas, la température moyenne mesurée sur toute la planète. En ce début juin 2023, il n’a tout simplement jamais fait aussi chaud sur Terre au mois de juin. La température moyenne mondiale a atteint 16,77°C, proche du record planétaire absolu de 16,92°C, qui avait été mesurée en août 2016 et en juillet 2022.

➡︎ La Chine et la Sibérie suffoquent : des températures jamais vues y ont été mesurées. Avec plus de 48°C, notamment 48,5°C dans le Xinjiang, c’est un record pour un mois de juin. C’est aussi le record des températures les plus hautes sous cette latitude à cette période. Le 3 juin, 38,3°C ont été relevés en Sibérie, à Kurgan. La fonte du pergélisol qui enferme dans des sols profondément gelés depuis des millénaires de grandes quantités de méthane s’accélère.
La semaine dernière, des dizaines de milliers de poissons ont été retrouvés morts sur une plage du Texas. L’eau est trop tiède, la mer trop calme et le ciel voilé depuis des jours, ce qui a provoqué un manque d’oxygène dans l’eau, entraînant l’asphyxie des poissons.

➡︎ Il n’y aura plus de banquise l’été dès 2030 selon une étude parue dans la revue Nature. C’est bien plus tôt qu’initialement prévu. Jusqu’à présent, les climatologues estimaient que cette fonte n’aurait pas lieu avant 2050. Conséquence : ce manteau blanc qui reflète la lumière du soleil 24 heures sur 24 car il fait jour en permanence en été au Pôle Nord va disparaître. Vers 2030 ces rayons du soleil vont donc réchauffer encore plus l’atmosphère, entraînant un cercle vicieux : plus la glace de mer fond, plus ce réchauffement climatique s’accélère.

Ces données devraient provoquer une vague de réactions mondiales, mais nos gouvernants continuent à encourager le productivisme, les déplacements en jets et les SUV. Et le climato-négationisme augmente, comme si à mesure que le désastre avance, le déni aussi. Arrêtez l’éco-anxiété, passez à la révolte organisée.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Une réflexion au sujet de « La planète en surchauffe »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *