Quand la police fait des heures sup’

Lundi 24 juillet. Un policier municipal de 43 ans habitant en Seine-et-Marne passe en procès. Il a frappé son fils de 13 ans deux jours plus tôt dans une grande surface. Des coups très violents, en public, puisque l’enfant a 20 jours d’ITT. La scène a été filmée, elle est incontestable. Le policier qui exerce «depuis plus de 20 ans» a déjà «trois condamnations» sur son casier, dont l’une pour des violences conjugales et une autre pour des «blessures». Sa ligne de défense ? Il était «stressé par les émeutes». Le tribunal relâche le récidiviste en attendant une audience en août.

Février 2019 à Nantes. Un agent de la BAC entend du bruit dans la rue, devant chez lui. Il voit deux hommes uriner. Il est très fortement alcoolisé et sous l’emprise de cannabis. Il sort avec son arme à feu, ce qui est autorisé en vertu des mesures anti-terroristes. Selon les victimes, il sort en criant qu’il avait une arme et leur aurait ensuite «tiré directement dessus». L’un des deux hommes a ainsi été blessé à l’abdomen et aurait pu mourir. Tout le monde est placé en garde à vue. Jugé ce 12 juillet 2023, l’agent de la BAC explique qu’il était «fatigué» après une manifestation de Gilets Jaunes à Nantes et qu’il voulait «décompresser». Les deux victimes, qui n’ont pour tort que d’être passées par là et d’avoir été attaquées par un homme armées, sont condamnées, comme le policier.

Dans ces deux affaires, les policiers répètent mot pour mot les éléments de langage sortis ces derniers jours par Darmanin : ils sont «fatigués», stressés, ils ont donc tous les droits sur leur temps libre. Cogner leurs enfants, tirer à balles réelles sur des passants, etc. Après avoir bien réprimé en uniforme, ces hommes ont fait des heures sup’. Ils ont continué à exercer la même violence décomplexée sur leur entourage.

Toutes les personnes exerçant des professions «stressantes» sont-elles autorisées à tuer ou frapper sur leur temps de pause ? Y aura-t-il une cagnotte pour ces deux héros ? Le Ministre de l’Intérieur ira-t-il personnellement leur apporter son soutien ? On peut désormais en douter, tant la situation en France est devenue délirante.

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *