Gaza sous les bombes


«Nous devons être cruels maintenant et ne pas trop penser aux otages [à Gaza]. Il est temps d’agir».
Bezalel Smotrich, ministre des finances israélien

«Les règles du conflit ont changé. Nous frapperons Gaza comme jamais nous l’avons frappé. Tsahal concentre d’importantes forces. Gaza va en payer le prix. La réalité va changer».
Le Ministre de la Défense Yoav Gallant


Deux images de Gaza sous les bombes

➡️ Ceux qui appellent à la cruauté et à la vengeance et se moquent du sort de leurs propres otages sont les plus hauts responsables du gouvernement israéliens. Ils promettent un massacre. Ce dimanche soir, la bande de Gaza est sous un tapis de bombes.

➡️ Des vidéos montrent une succession d’énormes explosions dans la nuit noire et le vrombissement des avions de guerre sur ce petit territoire qui concentre deux millions d’habitants. Les français les plus âgés qui ont vécu les bombardements de la seconde guerre mondiale se sont souvenus de ce grondement terrifiant qui les a poursuivis toute leur vie. La marine israélienne tire aussi sur les zones côtières de Gaza. Le bilan est encore inconnu, mais samedi, plus de 400 personnes avaient déjà été tuées par les frappes israéliennes, y compris des ambulances et plusieurs bébés, dont les photos insoutenables ont été diffusées sur les réseaux sociaux. Gaza n’a pas d’abris ni d’espaces sûrs ni de possibilité de sortir par les frontières.

➡️ Benyamin Nétanyahou a annoncé la coupure des «transferts d’électricité, de carburant et de marchandises vers Gaza». La population de Gaza, confinée du monde par des murs et des miradors, est dépendante de l’extérieur pour tous les besoins vitaux. Couper l’électricité, ce n’est pas seulement plonger toute la population dans le noir complet la nuit. C’est aussi la priver d’énergie pour les hôpitaux, les services essentiels, les soins d’urgence. Priver de carburant, c’est immobiliser les transports et les ambulances. Ce blocus total c’est aussi la crainte de pénuries voire de famines. Ces mesures vont tuer beaucoup de civils. Elles sont déjà, en soi, un crime de guerre contre la population civile.

➡️ Le cabinet de sécurité d’Israël a «approuvé l’état de guerre» qui donne les pleins pouvoirs à l’armée, une première depuis la guerre du Kippour en 1973. La «mobilisation générale» des soldats réservistes est aussi décrétée. Les citoyens israéliens sont appelés à endosser l’uniforme et prendre les armes. Des colonnes de blindés continuent de se masser autour de Gaza, en attendant d’intervenir. Des affrontements armés ont aussi lieu en Cisjordanie.

➡️ L’Occident fait bloc derrière le gouvernement d’extrême droite israélien. À Paris, Berlin ou Kyev comme sur le siège de l’Union Européenne, est projeté un immense drapeau de l’État colonial. Les USA annoncent même une aide militaire, notamment des munitions dès demain. Le porte-avions USS Gerald Ford, le plus gros navire de guerre du monde, est en route vers les côtes palestiniennes. Tout un peuple est otage de l’escalade de la violence coloniale.

Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don

Une réflexion au sujet de « Gaza sous les bombes »

  1. comment un état peut-il annoncer qu’il va priver d’eau, de nourriture, de toute forme d’énergie(gaz électricité) et bombarder plus de 2 millions de personnes hommes femmes et enfants en les traitant d’animaux et être adoubé par la grande majorité des médias francais? Quelle honte!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *