Occident : la fin de l’hégémonie ?


Deux cartes symétriquement opposées. D’un côté, le soutien militaire à l’Ukraine : uniquement le camp Européen et anglo-saxon. De l’autre, la reconnaissance de la Palestine : le monde entier, sauf l’Europe et les USA. Le camp occidental contre le reste du monde.


Une grande puissance militaire qui tente d’annexer le pays voisin, plus petit, en tuant des civils. L’Ukraine et la Palestine auraient pu être comparées car elles subissent le même sort : l’une attaquée par la Russie, l’autre colonisée par Israël. Pourtant, le président ukrainien fait le choix inverse. Il ne cesse de défendre de toutes ses forces l’État israélien. En 2020, l’Ukraine s’est même retirée du Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien. En 2023, Volodimir Zelensky affirme que la Russie serait derrière l’offensive du Hamas, liant le sort de l’Ukraine à celui d’Israël. Il a même demandé à venir en Israël, ce qui lui a été refusé. Pourtant, en 2014, l’ambassadeur palestinien en Ukraine soutenait «l’intégrité territoriale de l’Ukraine» au Donbass.

Ce double standard sur l’Ukraine et la Palestine illustre l’hypocrisie occidentale. En dehors des pays riches, personne ne soutient les bombardements de Gaza ni ne croit aux mensonges éhontés de l’armée israélienne. Déjà en 2022, les occidentaux avaient été «surpris par la réticence de grands pays du Sud à les suivre dans leur condamnation de l’invasion de l’Ukraine» écrit Le Monde. Les USA parviennent de moins en moins à dicter au monde quelle guerre doit être considérée comme «juste» ou «injuste», qui doit être vu comme «l’axe du bien».

Voir les USA qui sèment la guerre aux quatre coins de la planète s’émouvoir de certaines victimes civiles en méprisant les autres scandalise le Sud global. De même, les dirigeants occidentaux qui se succèdent à Tel-Aviv au moment où les civils meurent par milliers à Gaza ne peuvent que choquer partout, en dehors du pré-carré occidental.

Au niveau mondial, l’appui militaire à l’Ukraine comme le soutien inconditionnel à Israël sont minoritaires. Ce n’est plus la guerre froide avec l’Ouest contre l’Est, c’est le Sud global contre les pays riches. Par son arrogance, son militarisme et son double discours, l’occident s’est isolé.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Une réflexion au sujet de « Occident : la fin de l’hégémonie ? »

  1. Il ne faudrait pas oublier que l’Ukraine opprime les minorités nationales, en particulier les russophones, ce qui n’est pas sans rapport avec les exactions contre les Palestiniens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *