Nice : un nazi à la “marche contre l’antisémitisme”


On dit souvent qu’une image vaut mille mots. Ici, deux photos résument l’escroquerie absolue des «marches contre l’antisémitisme» organisées ce dimanche, et l’inversion totale des valeurs dans ce pays.


Deux photos présentant Philippe Vardon au milieu d'élus, notamment aux côtés de Christian Estrosi, maire de Nice

À Nice, contre l’antisémitisme, on trouvait sur le même podium :

  • Christian Estrosi, maire de Nice, issu de la droite sarkozyste, très répressif et aujourd’hui proche de Macron
  • Philippe Vardon, leader identitaire, conseiller municipal Reconquête, et connu pour ses (anciens?) engagements nazis

Le niçois Philippe Vardon a milité dans le groupuscule Unité Radicale, un des mouvements les plus extrêmes de la nébuleuse fasciste française. Unité Radicale a été dissoute après avoir tenté d’assassiner le président Jacques Chirac le 14 juillet 2002. Vardon fait lui-même un séjour en prison pour des violences. Il fonde ensuite l’Union de Défense des Étudiants Nationalistes et se revendique des idées du nazi belge Léon Degrelle, avant de lancer le mouvement Génération Identitaire.

Vardon était chanteur au sein d’un groupe de musique nazie baptisé «Fraction». En 1998, il est filmé dans un documentaire d’Arte dans un concert, sur une scène où ses camarades font des saluts hitlériens. Lui chante «nous sommes la Zyklon army». Le Zyklon B étant le produit chimique utilisé par les nazis pour exterminer les juifs durant la Shoah. Il est aussi proche d’Hervé Ryssen, figure de proue du négationnisme. Ainsi, Vardon est au cœur des groupes les plus radicalement antisémites en France, il a même été poussé hors du Front National pour sa virulence.

Aujourd’hui, il mène une carrière politique à Nice sous l’étiquette Reconquête et travaille avec le reste de la droite locale. Et il se trouve donc sur un podium lors d’un rassemblement prétendument contre la haine.

Voilà la communion organisée au nom de la lutte contre l’antisémitisme. Des nazis sont aux premiers rangs pendant que la cause palestinienne est diffamée. Par une opération de renversement, les héritiers de Pétain ont capturé les termes de «République», «laïcité» ou «lutte contre l’antisémitisme», et les utilisent pour neutraliser toute opposition. Tout est perverti.

Faire un don à Contre Attaque pour financer nos articles en accès libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *