Dupond-Moretti : délinquant à l’insu de son plein gré

➡️ Pour la première fois de l’histoire de la Vème République, le ministre de la justice Éric Dupond-Moretti, toujours en exercice, comparaissait devant la Cour de justice de la République, pour des faits de prise illégale d’intérêts dans le cadre de ses fonctions.

➡️ La procédure était très impartiale : Dupont-Moretti était jugé par ses copains et ses employés. La Cour de Justice de la République est la seule institution autorisée à juger un ministre en exercice. Elle est composée de magistrats qui dépendent de son propre ministère, mais également de 12 parlementaires, essentiellement macronistes, «les Républicains» et Rassemblement National. Non, ce n’est pas une blague, c’est bien l’institution chargée de juger ceux qui nous gouvernent.

➡️ L’accusation avait tout de même estimé que l’homme politique était «coupable» et avait requis une peine «juste et significative» d’un an de prison avec sursis. Elle n’a pas été suivie.

➡️ Sans surprise, le Ministre est relaxé. Mais le motif est rigolo. Pour la Cour de Justice de la République, le délit est «matériellement constitué» mais le ministre n’avait pas l’intention de le commettre. Comme si Dupont-Moretti ne connaissait pas la loi : après tout, il est “juste” un avocat renommé devenu garde des sceaux… L’homme chargé de la justice en France serait donc délinquant mais à l’insu de son plein gré.

➡️ On rappelle que le ministre aboyait le 7 septembre à l’Assemblée : «La liberté, c’est l’obéissance à la loi commune». Le 30 juin, il envoyait une circulaire pour un réponse pénale «rapide, ferme et systématique» lors de la révolte pour Nahel. En mars, Dupond-Moretti demandait aux procureurs une «réponse pénale systématique et rapide» après la manifestation de Sainte-Soline. Au printemps, une autre circulaire pour «une réponse pénale systématique et rapide» contre les manifestants en lutte pour les retraites. Et dire que des personnes ont pris de la prison ferme pour trois fois rien lors des derniers mouvements sociaux ou suite à la révolte des banlieues. À quand une réponse «ferme et systématique» contre les ministres de la justice ?


Séparation des pouvoirs ? On rit jaune.


Financez Contre Attaque
Tous nos articles sont en accès libre. Pour que Contre Attaque perdure et continue d'exister, votre soutien est vital. 
Faire un don

3 réflexions au sujet de « Dupond-Moretti : délinquant à l’insu de son plein gré »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *